Enquête sur les attaques de requins à La Réunion

Requin Arte
© DR | Image tirée du documentaire "Attaques de requins à La Réunion : l'enquête"

Dix attaques de requins et cinq morts, depuis trois ans, La Réunion se trouve confrontée à un problème grave qui divise la population en deux camps. Le réseau des 1ères diffuse cette semaine un documentaire, mené comme une enquête journalistique réalisé par Rémy Tézier. 

Cécile Baquey
Publié le , mis à jour le

Rémy Tézier
Rémy Tézier (en photo) affirme qu'il n’avait pas vraiment envie de faire ce film. Ce réalisateur, spécialiste des films animaliers habite depuis 24 ans à La Réunion. Il aime la montagne et le surf. C’est pourquoi, il a choisi de s’installer sur l’île intense selon le slogan de l’Office de tourisme. Mais les attaques de requins se sont multipliées et ça, Remy Tézier ne s’y attendait pas. Alors, il a voulu comprendre.
 

Témoignages de victimes

C’est un journaliste local, Laurent Bouvier qui sert de fil conducteur à cette enquête quasiment policière. Grâce à son périple, on en apprend plus sur les requins tueurs et les victimes, principalement des surfeurs. Le documentaire est émaillé de témoignages poignants. Eric Dargent qui a perdu le pied le 19 février 2011 continue malgré tout à surfer avec une prothèse dans le sud de la France. Fabien Bujon, père de deux enfants, s’est débattu comme un fou avec le requin le 5 août 2012 au large de Saint-Leu. Il y a laissé une jambe et une main, mais pas la vie. Un père de famille raconte la disparition le 23 juillet 2012 de son fils Alexandre, 21 ans.  Il ne pouvait absolument pas l'empêcher de surfer. Regardez ce résumé du documentaire.

Les rumeurs courent

Pascale Chabanet
Pendant ce temps, l’île est parcourue par les rumeurs. On accuse la ferme aquacole de la baie de Saint-Paul d’attirer les requins. On met en cause le parc naturel qui serait un garde-manger pour les squales. Mais ces deux rumeurs ne tiennent pas vraiment debout face aux études scientifiques. Pascale Chabanet (en photo), spécialiste en écologie marine à l'IRD (Institut de Recherche pour le développement) montre bien lors d’une séance de plongée que la réserve est loin d’abriter des ressources halieutiques en profusion.
 

Des explications

Plusieurs éléments  expliquent la raison du rapprochement des requins bouledogues, les principaux accusés, de La Réunion. Le port de Saint-Gilles est mis en cause. Les carcasses  et les déchets de poissons balancés à la mer peuvent attirer les requins. Autre élément, les pêcheurs ont tous noté qu’il y avait de moins en moins de poissons à proximité, mais aussi au large des côtes de La Réunion. Les requins auraient donc faim. Et puis il y a aussi la pollution, des stations d'épuration qui parfois débordent, des ravines qui déversent de l’eau douce et sale dans la mer.
 

Les requins bouledogues se plaisent à La Réunion

Or, les requins bouledogues aiment les eaux troubles et sales. Ils ne se déplacent pas grâce à leurs yeux, mais grâce à leur odorat. Ils apprécient également l’eau douce des ravines et des stations d’épuration. Bref, ces requins se plaisent à La Réunion et se mettent à manger des surfeurs. Grâce au programme Charc lancé en 2011 qui a permis le marquage de 40 requins tigres et de 40 bouledogues, on en sait un peu plus sur ces animaux. Il semble ainsi que les requins tigre et bouledogue ne fassent pas bon ménage et ne cohabitent pas. Certains requins bouledogues sont de grands voyageurs, à tel point qu’ils disparaissent pendant l’été austral pour revenir pendant l’hiver s’accoupler ou mettre bas de mai à octobre.
 

Le bouledogue s'adapte

Marc Soria
Il n’y avait jamais eu d’étude sur les requins à La Réunion et  ce requin bouledogue était jusqu’alors assez méconnu. Exemple : tout le monde pensait qu’il était un animal côtier alors qu’en réalité, il peut voyager pendant des jours entiers et nager à 250 mètres de profondeur. Pour Marc Soria (en photo), scientifique en charge du projet Charc, "tout ça n’est pas étonnant, ce poisson existe depuis 40 millions d’années. Il s’est peut-être adapté au changement d’environnement".
 

Période de reproduction

Enfin dernier enseignement de cette enquête, certains requins bouledogues reviennent pour s’accoupler dans les eaux de La Réunion de mai à octobre. Or, les mâles sont très agressifs pendant la période de reproduction et l’on peut très bien imaginer que ce soit un facteur supplémentaire d’agression envers l’homme.
 

Surfer différemment

Que doit faire l’homme, sinon s’adapter ? Rémy Tézier, le réalisateur explique qu’il a lui-même changé sa manière de surfer. Il ne surfe plus en fin d’après-midi, mais surtout il prend son masque et si l’eau est trouble, il abandonne. Si elle est claire, il vérifie qu’il n’y a pas de requin en vue. « Le surfeur, c’était quelqu’un de très individualiste. Mais avec cette crise requin, on est obligé de fonctionner différemment. Désormais, il y a plus de solidarité entre nous ».
 

Mystères

L’enquête de Rémy Tézier se termine sur un très beau poème de Baudelaire sur les mystères de l’homme et de la mer. La vie humaine recèle tellement d’interrogations qu’il n’y a pas de raison que le requin ne soit pas, lui aussi, une espèce complexe.
 

Dates de diffusion du documentaire

Dans le cadre de l'émission Archipels spéciale
Mardi 17 juin :
22h40 Guyane 1ère
20h50 Martinique 1ère

Mercredi 18 juin :
20h05 Guadeloupe 1ère
23h40 Calédonie1ère

Jeudi 19 juin :
23h05 SPM 1ère 

Mardi 19 août :
20h50 ARTE