"Un report des élections provinciales n'est pas à exclure", selon Pierre Frogier

Pierre Frogier
© Sénat | Pierre Frogier lors du débat sur les Outre-mer au Sénat le 26 février 2014

Le sénateur R-UMP, Pierre Frogier, souhaite réunir en urgence un comité des signataires et n'exclut pas un report des élections provinciales en Nouvelle Calédonie. Il s'exprimait au Sénat mercredi après-midi lors d'un débat sur la situation des Outre-mer.

Léia Santacroce avec l'AFP Publié le , mis à jour le

Les indépendantistes du FLNKS souhaitent radier 6720 électeurs des listes électorales spéciales, le sénateur Rassemblement-UMP de Nouvelle Calédonie, Pierre Frogier, parle de "situation ubuesque". Le ton grave, il s'exprimait mercredi au Sénat lors d'un débat sur la situation des Outre-mer.

Le non-indépendantiste Pierre Frogier affirme qu'un report des élections provinciales (fixées au 11 mai 2014) n'est pas à exclure, si un compromis n'est pas trouvé (écoutez son intervention ci-dessous). Il propose aussi de réunir "en urgence" un comité des signataires. Une proposition qui a peu de chances d'aboutir car l'accord de toutes les parties est requis.

Pierre Frogier au Sénat

Pierre Frogier au Sénat le 26 février 2014

 


Victorin Lurel s'en remet aux tribunaux


Le ministre des Outre-mer, dans sa réponse à Pierre Frogier, a souligné le caractère très "délicat" de la question, tout en rappelant que le gouvernement avait une position "neutre" dans cette affaire. "Il n'est pas illégal de demander la radiation d'électeurs, a également expliqué Victorin Lurel. C'est une pratique courante, et pas seulement en Nouvelle-Calédonie !" Et d'ajouter : "je me garderai bien de donner un avis personnel. Vous pouvez toujours contester une radiation, ce sont les tribunaux qui auront le dernier mot." Le ministre ne s'est pas exprimé sur un éventuel report des élections provinciales. 

Un enjeu crucial 


Avec l'accord de Nouméa (1998), la Nouvelle-Calédonie suit un processus de décolonisation par étapes, en vertu duquel a été décidé un corps électoral restreint pour les élections provinciales. L'ambiguïté des textes alimente cependant les conflits.Ces listes électorales spéciales serviront de base aux élections provinciales du 11 mai prochain. Les élus du nouveau Congrès auront la faculté, à la majorité des 3/5, d'organiser un éventuel référendum d'autodétermination. Pour rappel, le dernier Comité des signataires s'est déroulé le 10 octobre dernier à Paris dans un climat serein.