Scientifiques d'Outre-mer : Livio Ruffine, spécialiste des hydrates

Livio Ruffine
© Ifremer

Quatrième volet de notre série sur les scientifiques d'Outre-mer avec Livio Ruffine. Ce Guadeloupéen travaille à Brest, dans le plus gros centre de l'Ifremer où il tente de percer le secret des hydrates, ces composés d'eau et de gaz que l'on trouve dans les grands fonds marins. 

Cécile Baquey
Publié le

A l'Ifremer, l'institut français pour l'exploitation de la mer, Livio Ruffine étudie de près la formation des hydrates dans les fonds marins. Les hydrates de gaz ont l'apparence et la consistance de la glace. Ce sont des molécules de gaz (comme le méthane) entourées par un réseau de molécules d'eau qui suscitent aujourd'hui l'intérêt car des pays comme le Japon y voient une nouvelle source d'énergie. Regardez ce reportage de France 2 sur la première extraction d'hydrate de méthane au large du japon.


Hydrates et variations du climat

"On trouve des hydrates de méthane à plus de 500 mètres de fond, dans des températures de 2 à 5° celsius, explique Livio Ruffine à La1ere.fr. Selon certaines hypothèses, ces hydrates de méthane auraient contribué aux variations climatiques du passé. C'est passionnant, mais nous, on essaie de comprendre concrètement comment se forment ces hydrates. Je travaille avec des climatologues et des paléontologues".

De la pharmacie aux hydrates

Livio Ruffine
Livio Ruffine a toujours eu envie de faire des études scientifiques, mais il n'avait pas prévu de devenir chercheur en géochimie.  "j'ai été au lycée à Basse Terre, j'aimais bien les sciences. Je suis donc parti dans l'hexagone dans le but de faire des études de pharmacie. J'ai raté le concours, car je n'étais pas très fort en biologie et c'est alors que je me suis orienté vers des études de physique-chimie". Après un Master et une thèse sur les procédés industriels thermodynamiques, Livio Ruffine décide de partir en Angleterre pendant deux ans. C'est là qu'il découvre les hydrates.


Les pipelines n'aiment pas les hydrates

On ne s'imagine pas à quel point les plates-formes pétrolières en mer du nord sont confrontés à de drôles de problèmes. "Dans les grands fonds des bouchons d'hydrates de gaz naturel peuvent se former dans les pipelines. Ces amas de glace risquent de bloquer la circulation du pétrole, explique Livio Ruffine. C'est très embêtant. On a donc mis au point des capteurs pour trouver où se situent les segments où les hydrates se forment". 
 

De Vieux-Habitants à Brest

A la suite de cette expérience en Angleterre, Livio Ruffine a été embauché à l'Ifremer à Brest. "Parfois, j'ai un peu la nostalgie de la Guadeloupe et de ma commune, Vieux-Habitants, confie-t-il, mais j'ai très peu de chance de trouver un poste là-bas. Alors il faut voir le bon côté des choses. Je me passionne vraiment pour les hydrates. En plus en Bretagne, il y a un coté paisible et convivial qui me plaît bien".

Dixième de la fratrie

Dans la famille Ruffine, Livio est le 10e de la fratrie. "Nous étions 12 enfants. Nous avons grandi avec notre mère. Notre père était absent de la cellule familiale. Ma mère était femme de ménage, elle travaillait beaucoup mais, elle a réussi à nous donner beaucoup d'amour et de temps, précise Livio Ruffine. Elle ne pouvait pas suivre nos études mais elle nous encourageait avec force. On s'est tous bien débrouillé dans la famille grâce à elle, qui nous a appris à vivre en société. Quand ma mère est décédée en 2000, ça était un grand choc. Depuis, je pense très souvent à elle et je lui rends hommage tous les jours".