Tobie Nathan : un ethnopsychiatre et ses philtres d'amour

Philtre d'amour par Tobie Nathan aux éditions Odile Jacob

Avec « Philtre d’amour », l’ethnopsychiatre Tobie Nathan aborde "la capture amoureuse". Un sujet que ce thérapeute a beaucoup abordé avec ses patients originaires d’Afrique et des Outre-mer qui utilisent des parfums, philtres et autres rites comme techniques thérapeutiques.

Rachida Bettioui Publié le , mis à jour le

« On ne tombe pas amoureux au gré des rencontres, charmé par un corps harmonieux, un doux visage, une belle âme, mais parce qu’on a été l’objet d’une capture délibérée : objets magiques, philtres, parfums, prières, rites, paroles ésotériques, nourritures ou boissons préparées ».  C’est ce qu'explique Tobie Nathan dans son livre « Philtre d’amour » (éditions Odile Jacob, octobre 2013) où il est question de la passion amoureuse. Ce professeur de psychologie, également ethnopsychiatre, aborde ces différentes procédures de « capture » car elles ont souvent été évoquées, au cours de ses séances thérapeutiques, par ses patients originaires d’Afrique, des Antilles et de La Réunion. Il en ressort, pour Tobie Nathan,  que le philtre d’amour peut être utilisé à bon ou mauvais escient, comme il nous l'explique durant notre entretien filmé.

 

Tobie Nathan est le représentant le plus connu de l’ethnopsychiatrie en France. Une "ethnoscience" rendue célèbre par Georges Devereux. Un personnage que Tobie Nathan qualifie « d’invraisemblable » et qu’il connaît bien pour avoir été son directeur de thèse en psychologie en 1969. Pour Tobie Nathan « Georges Devereux aimait à répéter que ce n’était pas lui, mais Louis Mars, un ethnopsychiatre haïtien, qui était à l’origine du mot. Sachant que Louis Mars s’intéressait avec passion tant au vaudou qu’à la décolonisation, on pourrait en déduire que de là ont découlé l’étude des thérapies traditionnelles ».                                                                                                                                                                                                   

Personnes en souffrance

Tobie Nathan porte en lui cet ouvrage depuis très longtemps. Il l’a gardé, comme il aime le dire, « à l’intérieur de lui ». Le livre est surtout né de préoccupations cliniques. Pendant une vingtaine d’années, il a pris des notes et recueilli les confidences et les plaintes de personnes en souffrance. Leur souffrance pose sans cesse la question de la "capture" amoureuse. De là, Tobie Nathan remontera à la mythologie pour décrypter la passion amoureuse et nous révéler "des techniques thérapeutiques traditionnelles pour influencer l'autre". Des orientations cliniques qui peuvent heurter les réflexions de la psychiatrie occidentale.

Durant ses entretiens avec ses patients, Tobie Nathan essaie de répondre aux problèmes que pose leur prise en charge, sans avoir des référents culturels identiques. Selon lui, les guérisseurs traditionnels, en dépit de l'apparente irrationnalité de leurs pratiques, peuvent être plus efficaces que les médecins occidentaux. Tobie Nathan a d'ailleurs toujours "tenu compte de leurs diagnostics" pour accompagner ses patients dans leur thérapie.


A la rencontre des guérisseurs


Il en découle une grand nombre de publication sur les thérapies traditionnelles. L'ethnopsychiatre n’hésite pas aller à la rencontre de guérisseurs, comme Jeanne-Paule Visnelda, une guérisseuse réunionnaise. Il aime rappeler qu’il l’a rencontrée en 1985 «  pour apprendre ». Elle utilisait beaucoup les prières et les plantes pour guérir ses patients. C’est l’écoute attentive, en ethnologue, qui guide Tobie Nathan. Son livre est le fruit de questionnements recueillis lors de récits qui lui ont été faits et dont regorge également la littérature. C’est ce croisement que Tobie Nathan réussit dans son ouvrage. Bien que détaché de ses fonctions universitaires à Paris VIII, il poursuit sa quête de l’autre et enchaîne colloque sur colloque partout en France. Actuellement, il se concentre sur son prochain grand rendez-vous qui aura lieu à La Réunion en septembre 2014, consacré aux sciences occultes. Une grande première sur l’île.

 

Le docteur des mondes cachés

Tobie Nathan est né au Caire, en Egypte, en 1948. Docteur en psychologie, Docteur d’Etat ès lettres et sciences humaines, il a enseigné la psychologie clinique. Il est aujourd’hui professeur émérite à l’Université Paris VIII. Il a publié plus de 200 articles dans des revues spécialisées et 26 volumes sur la psychanalyse et l’ethnopsychiatrie. Egalement romancier et dramaturge, il a écrit six romans et une pièce de théâtre. Tobie Nathan a été aussi conseiller à la coopération et l’action culturelle aux ambassades de France de Tel-Aviv et Conakry. Alors que vient de paraître "Philtre d’amour", il travaille sur le récit de vie d’un migrant en France, qui paraîtra en automne prochain.