Un Guyanais jugé pour une bousculade mortelle dans le métro

La balance de la justice

Le procès de ce jeune guyanais s'est ouvert hier, devant les assises à Paris. Il est accusé d'avoir provoqué la mort d'une jeune femme de 27 ans, qui a succombé après avoir été bousculé dans les escaliers de la station Etienne Marcel. 

La1ere.fr avec AFP Publié le , mis à jour le

Les faits remontent au 27 décembre 2010. Une femme de 27 ans chute, après avoir été poussée par un homme dans le métro parisien. Ce dernier courrait dans le couloir du métro après avoir tenté de dérober le téléphone portable d'une autre jeune femme, quelques instants plus tôt. Interpellé le 10 janvier 2011 à Metz où il habitait, le jeune guyanais, alors âgé de 18 ans, avait expliqué qu'il avait paniqué et pris la fuite. 
 

Une chute mortelle

Dans sa fuite, le jeune guyanais a bousculé et fait tomber la deuxième victime, qui est arrivée dans le coma à l'hôpital, avant de succomber dans la soirée, en salle d'opération. Devant les enquêteurs, le jeune homme a expliqué qu'il avait manqué une marche et continué sa course sans rien savoir de la chute mortelle. Il n'en a eu connaissance que quelques jours plus tard. Il lui est reproché le vol, qu'il conteste, du baladeur de la première jeune femme. Il est surtout poursuivi pour vol avec violence ayant entraîné la mort, passible de la réclusion criminelle à perpétuité.
 

Verdict : jeudi

Le jeune homme, originaire de Guyane, projetait d'entrer dans l'armée. Il "n'a jamais souhaité ni même imaginé" une issue fatale, a déclaré en marge de l'audience maître Talia Coquis, l'une de ses avocates. La famille de la victime "attend des explications claires et sans équivoque de la part de l'accusé" et demande que "la justice soit pleinement rendue", a expliqué leur avocat, maître Jean-Marc Albert. De retour à Paris, après quatre ans passés en Espagne, la victime projetait de créer une entreprise dans l'événementiel. Le verdict est attendu jeudi.