"Marcher de nuit nous permet de communier avec les otages"

marche nocturne otages
© MK / Outremer 1ere | Les proches des otages devant le siège d'Areva à Courbevoie

Les proches des otages enlevés le 16 septembre 2010 ont marché de nuit entre Rueil-Malmaison (92) et Paris. Dix-huit kilomètres sous la pluie pour communier avec les otages et interpeller dans différents lieux de pouvoir. 

Maïté Koda
Publié le , mis à jour le

A leur arrivée au siège d'Areva: du thé, du café et des madeleines. Petite pause réconfort pour les marcheurs qui viennent de s'enfiler plus de six kilomètres depuis le siège de Vinci.
Certains profitent brièvement des fauteuils pour se déchausser et tous se réchauffent rapidement, après une heure trente passée dans une nuit froide et pluvieuse.
 
 
Il est 4h45, et Christophe Neugnot, porte-parole d'Areva est présent pour recevoir un courrier des 13 marcheurs, tous proches de Thierry Dol, Marc Ferret, Daniel Larribe ou Pierre Legrand. A son bras, un bracelet bleu au nom des otages. Son groupe, employeur du Martiniquais Thierry Dol a marqué le coup pour célébrer ce triste anniversaire. Des bracelets sont distribués aux employés, et des panneaux, avec les photos des autres otages et des messages de soutien des salariés, sont apposés dans les différents sites.  Mais Christophe Neugnot l'assure, la mobilisation est quotidienne au sein de la boîte.

Christophe Neugnot

Ecouter Christophe Neugnot, porte-parole d'Areva

Les marcheurs ne s'attardent pas, leur périple est loin d'être terminé. Ils doivent encore se rendre à l'Elysée, à l'Assemblée nationale, au ministère de la Défense, au Sénat et au Quai d'Orsay. A chaque fois, un courrier sera déposé comprenant "les interrogations" des familles de victimes. Au total, 18 kilomètres parcourus de nuit. "Ca représente quelque chose de symbolique car les otages ont été enlevés dans la nuit du 15 au 16 septembre 2010 à 3h20 du matin", explique Kant Lebeau, président "Libérez Thierry Dol", un comité de soutien fort de quelques 3 000 membres. "Marcher nous permet ainsi de communier avec eux"

Kant Lebeau marche

Ecouter Kant Lebeau "nous suons notre espoir"

Un mot d'ordre pour les familles des otages: la solidarité. L'objectif n'est pas d'obtenir des réponses aux questions immédiates mais de présenter des demandes et d'exprimer un ressenti. "Nous leur demandons de partager toutes les informations qu'ils peuvent obtenir concernant les otages", poursuit Kant Lebeau. Le manque d'information rend l'attente encore plus cruelle. Ce dimanche, le président François Hollande s'est exprimé brièvement sur le sort des otages, assurant détenir des preuves de vie. Mais ces quelques mots, entendus en boucle pendant trois ans, ne suffisent plus à rassurer les familles.
 

Kant Lebeau preuves de vie

Ecouter Kant Lebeau sur l'intervention de François Hollande

Les marcheurs défileront toute la nuit, avant de se rendre lundi en fin de matinée (heure de Paris) à la mairie du 4e arrondissement de Paris. Une banderole à l'effigie des otages doit être déployée sur le bâtiment en présence d'élus locaux.