Mission corail en Guadeloupe

Corail Ponte
© Franck Mazeas

Des biologistes marins de La Rochelle et de Brest se sont rendus en Guadeloupe fin août. Leur mission : participer à la capture d'oeufs de coraux. Les scientifiques fondent beaucoup d'espoir sur la fécondation de corail en laboratoire pour la préservation des récifs. 

Cécile Baquey
Publié le , mis à jour le

Depuis 2009, des scientifiques de l'aquarium de la Rochelle tels que Thomas et Pascal Coutant s'intéressent à l'expertise de la Guadeloupe en matière de ponte de corail. Il existe des centaines d'espèces de coraux. Ces animaux très anciens ont deux types de reproduction : sexuée et asexuée. Dans le premier cas, cela aboutit à la ponte d'oeufs. Et cette éclosion se fait de manière saisonnière. En Guadeloupe, par exemple, les coraux corne d'élan pondent à la fin du mois d'août, de nuit, entre deux et quatre jours après la pleine lune. 

Ponte de nuit

C'est un spectacle étonnant auquel les plongeurs venus de la Rochelle et de Brest ont pu assister dans le cadre de leur mission baptisée Planugwa.  Les coraux envoient des milliers d'oeufs dans l'eau, comme s'il neigeait à l'envers. Et lors de ces pontes de nuit, les biologistes capturent des oeufs (voir en fin d'article le reportage de France 3). En Guadeloupe, le scientifique Franck Mazeas de la DEAL (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) a réussi à identifier les périodes de ponte de différentes espèces de corail.

Ponte Coraux
© Océanopolis

Elevage de coraux

L'objectif aujourd'hui est de faire de l'élevage de coraux en laboratoire. "La fixation des larves prélevées en Guadeloupe se passe bien à La Rochelle, précise Pascal Coutant, directeur de l'aquarium. Grâce à cette mission Planugwa qui dure depuis maintenant cinq ans, chaque année, nous en apprenons plus sur les pontes de coraux et leur développement, poursuit Pascal Coutant. "Si nous arrivons à maîtriser la croissance des coraux, ce procédé pourrait être révolutionnaire et permettre de restaurer les récifs coralliens", conclue le directeur de l'aquarium de La Rochelle.

Coraux en laboratoire
© Océanopolis


Une course contre la montre

Une course contre la montre s'est engagée. "Au large de la Guadeloupe, depuis 10 ans, 75% des coraux ont disparu", précise Pascal Coutant. Face à la pollution, les eaux usées, la prolifération d'algues, le réchauffement climatique et les espèces invasives, les coraux sont menacés de disparition. Certains types de coraux s'adaptent au changement climatique mais la majorité semble en grande difficulté. Les récifs coralliens abritent un tiers de la biodiversité mondiale et permettent à de nombreux pêcheurs de vivre de leur activité.