Saint-Denis (93) n’oublie pas les otages, dont Thierry Dol, natif de cette ville

Rassemblement soutien otages à Saint-Denis
© Philippe Triay/France Télévisions | Rassemblement de soutien aux otages à Saint-Denis (93), le 22 juin 2013. Sur la photo on aperçoit Awri Dol (écharpe bleue, avec des lunettes), l'épouse de Thierry Dol, et le maire de Saint-Denis Didier Paillard (écharpe tricolore).

La municipalité de Saint-Denis, dans le 93, a installé sur le parvis de l'Hôtel de ville une banderole de soutien aux otages français enlevés au Niger. Elle y restera jusqu’à leur libération, a promis le maire Didier Paillard. 

Philippe Triay
Publié le , mis à jour le

Après Paris dans la matinée, c’était Saint-Denis dans le “9-3” d’apporter son soutien aux otages Thierry Dol, Marc Féret, Pierre Legrand et Daniel Larribe, samedi après-midi.
 
Très peu de monde, une trentaine de personnes sur le parvis de l’Hôtel de ville balayé par de fortes rafales, mais de la ferveur. Devant la banderolle de soutien aux otages, le maire de Saint-Denis, Didier Paillard, a promis que celle-ci demeurerait en place “jusqu’à la libération des otages”. “Et j’espère qu’elle ne restera pas longtemps”, a lancé quelqu’un dans l’assistance.
 

Pas oubliés, mais jusqu'à quand ? 

Devant les personnes présentes dont Awri Dol, l’épouse, originaire du Burkina Faso, de Thierry Dol, l’oncle de ce dernier a rappelé que Thierry Dol (de parents martiniquais) est né dans la ville de Saint-Denis, en évoquant quelques bons souvenirs.
 
Avaient également fait le déplacement Viviane Romana, conseillère régionale (socialistes et apprentés) d’Île-de-France, son époux Serge Romana, président du Comité Marche du 23 mai 1998 (CM98), et les représentants de l’association CollectifDom (Serge Dalin) et de la Fédération Total Respect - Tjenbé Rèd (David Auerbach Chiffrin).
 
Au final, on se demande quand même pourquoi, après presque trois ans de captivité, la question des otages au Sahel n’est pas plus mobilisatrice, au regard de la faible participation aux rassemblements de Paris et de Saint-Denis. Ils ne sont pas oubliés certes, mais jusqu’à quand ? 


Rassemblement soutien otages à Saint-Denis (2)
© Philippe Triay/France Télévisions | La banderole restera suspendue jusqu'à la libération des otages, a annoncé le maire de Saint-Denis

 

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête