Marine Le Pen pense à "ceux qui refusent l'indépendance dans les Outre-mer"

Le Pen 1er mai
© JOEL SAGET / AFP | Marine Le Pen devant l'Opéra de Paris le 1er Mai

Lors de son traditionnel discours du 1er mai, Marine Le Pen a eu une pensée pour ses "compatriotes d'Outre-mer qui refusent l'indépendance". Une phrase d'apparence anodine, mais prononcée à quelques jours du deuxième tour des territoriales en Polynésie, où Gaston Flosse est donné grand favori.

Maïté Koda
Publié le , mis à jour le

Elle veut incarner la lumière de l'espoir, d'un avenir que nous voulons rendre à la Farnce tout entitère. Dans son discours du 1er mai à devant l'Opéra Garnier à Paris, Marine Le Pen s'est faite lyrique. "La France est dans la nuit", a déploré la présidente du Front national qui a évoqué les différentes affaires Cahuzac et Guéant, sans jamais  les nommer. "La France est dans des temps obscurs parce qu'elle s'est enfermée dans les ténèbres de l'Europe", a-t-elle dénoncé, ajoutant vouloir "montrer une lumière aux Français, pour les éclairer et leur indiquer le chemin. C'est la lumière de l'espoir, d'un avenir que nous voulons rendre à la France tout entière!",  devant des milliers de militants et sympathisants enthousiastes.
 
Cette France, dont parle Marine Le Pen, comprend les départements collectivités et territoires d'Outre-mer. Elle a d'ailleurs eu une pensée pour eux, affirmant "soutenir nos compatriotes d'Outre-mer qui refusent l'indépendance. Nous voulons l'unité entre les territoires, mais aussi entre les citoyens Français", a-t-elle déclaré, avant de fustiger communautarisme et discrimination positive.
 

Un message pour Gaston Flosse?

 Le refus de l'indépendance des Outre-mer n'est pas nouveau au Front national, mais les allusions aux Outre-mer sont assez rares dans la bouche des leaders politiques nationaux pour s'interroger sur la portée de sa phrase.
La sortie de Marine Le Pen  arrive quatre jours avant le second tour des territoriales en Polynésie. Gaston Flosse, est donné en favori dans ces triangulaires, devant son adversaire de toujours, le président indépendantiste Oscar Temaru.
Si Marine Le Pen n'a jamais soutenu officiellement le sénateur Flosse, co-fondateur du RPR et ami de longue date de Jacques Chirac, elle l'a pourtant rencontré dès sa sortie de l'avion lors de son récent séjour en Polynésie à la mi-mars. Ils se sont d'ailleurs retrouvés autour de la question de l'indépendance de la Polynésie. Flosse et Le Pen s'y opposent, Temaru lui est un fervent partisan et s'active pour obtenir de l'Onu que le Fenua soit inscrit sur la liste des territoires non autonomes à décoloniser.
 
Sur ces territoriales, Marine Le Pen, avait lors de son séjour dans le Pacifique  assuré sur Polynésie 1ere "ne soutenir personne en particulier". "Je demande à ceux qui m'ont fait confiance à la présidentielle de rejeter radicalement tous ceux qui emmènent la Polynésie vers l'indépendance", déclarait-elle alors. Marine Le Pen est arrivée en troisième position lors de la présidentielle de 2012 avec 5,73% des voix.