Les villes d'Outre-mer sont-elles gay friendly?

illustration homophobie
© Comité Idaho

Alors que le débat sur le mariage pour tous se poursuit au Sénat, deux associations qui luttent contre les discriminations viennent de publier le classement des villes de France les plus volontaires en matière de lutte contre l'homophobie. Trois villes ultramarines sont répertoriées et...mal notées!

David Ponchelet
Publié le , mis à jour le

Les plus grandes villes de France ont été passées au crible par ces deux associations, République et Diversité et le Comité Idaho France, qui se sont données pour mission de lutter contre les discriminations et particulièrement l'homophobie. Le jury qui a coordonné l'étude est présidé par Louis-Georges Tin. Roselyne Bachelot, ancienne ministre UMP, en est également membre. 


Politiques internes et publiques

Les deux associations ont évalué les 50 plus grandes municipalités de France en 2012 sur leurs politiques internes (ressources humaines, formation) et leurs politiques publiques en matière de:
  • Soutien aux associations
  • Etat civil
  • Prises de position publiques
  • Education
  • Prévention sida
  • Action sociale
Les données ont été recueillies à partir des réponses des villes et des associations locales, ainsi que d'enquêtes sur le terrain et sur internet.

Résultat: peut mieux faire...

Quatre villes seulement obtiennent une note satisfaisante (A): Amiens, Paris, nancy et Toulouse. Les trois villes ultramarines citées décrochent une mauvaise note (D-). Fort de France se classe 29ème, Saint-Denis de La Réunion est 33ème et Saint-Paul (Réunion) 42ème.
Le classement complet:
classement villes homophobie

Le dossier de presse qui résume l'étude est à découvrir ici: