Les Antilles base avancée pour les athlètes français en vue des JO de Rio 2016

Marie-José Pérec
© Alain Rosalie | Dans la cour du ministère, rue Oudinot à Paris

Marie-José Pérec était reçue par Victorin Lurel ce vendredi au ministère des Outre-mer à Paris. La triple championne olympique, présidente de la ligue d'athlétisme de la Guadeloupe, était accompagnée du président de la Fédération Française d'Athlétisme, Bernard Amsalem.

 

Alain Rosalie/Louis-Gérard Salcède Publié le , mis à jour le

Développer l'athlétisme au plus haut niveau en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane.
Tel est l'objectif que poursuit la Fédération Française d'Athlétisme.

Pour Marie-José Pérec, présidente de la ligue d'athlétisme de Guadeloupe, il s'agit de renouer avec le glorieux passé où les athlètes venus des Antilles et de la Guyane trustaient les médailles au plus haut niveau : "on a perdu du terrain  mais depuis trois ans on a repris doucement, on voit qu'il y a des jeunes qui ont pointé le bout de leur nez,  ce qui nous montre que l'on a du potentiel".


Développer les échanges

Depuis trois ans, le plan Antilles Guyane vise à développer les échanges entre les ligues régionales d'athlétisme de Guadeloupe, Guyane et Martinique avec les fédérations de Jamaique, Cuba et Trinidad.
Son objectif : permettre aux sportifs basés dans nos territoires de se déplacer dans ces trois grands pays d'athlétisme et permettre ainsi des échanges approfondis avec les entraineurs de la Caraibe.

"Il faut multiplier les échanges avec ces voisins qui ont des résultats incroyables" poursuit la triple championne olympique.

Fabriquer des champions

Selon Marie-José Pérec, les premiers résultats de ce plan sont satisfaisants chez les jeunes en citant l'exemple de Wilhem Belocian (âgé de 17 ans et détenteur du record du monde cadet sur 110 m haies).

La poursuite du plan Antilles Guyane est un  moyen de "fabriquer des champions" pour les prochaines années avec en point de mire les Jeux Olympiques de Rio au Brésil en 2016.

Ce plan Antilles Guyane pourrait d'ailleurs prendre une nouvelle dimension avec la préparation de l'équipe d'athlétisme en Martinique ou en Guadeloupe pour l'événement brésilien.


Base avancée idéale

Le président de la FFA, Bernard Amsalem, a informé, ce vendredi, le ministère des Sports de la préférence de la fédération pour la Guadeloupe ou la Martinique pour constituer une base avancée pour les athlètes de l'équipe de France qualifiés pour les JO de Rio. Et ce, en raison des bonnes conditions climatiques qu'offrent ces deux îles. "La Guadeloupe et la Martinique sont mieux placées en termes de températures et d'humidité que la Guyane " pour préparer l'événement ajoute le président.