La "grande tristesse" de Corinne Narassiguin

Corinne Narassiguin à  l'Assemblée
© JACQUES DEMARTHON / AFP | Corinne Narassiguin à l'Assemblée

La députée de Français d'Amérique du Nord qui vient de voir son élection annulée par le Conseil constitutionnel a fait part de sa tristesse dans un communiqué. Elle a également dénoncé les règles de financement de campagne pour les députés des Français de l'étranger.

 

 

 

 

Maite Koda et David Ponchelet Publié le , mis à jour le

 Prévenue en décembre que ses comptes étaient rejetés, la députée a vu la sentence tomber ce jeudi. Son élection est annulée et elle écope d'un an d'inéligibilité. Le Conseil constitutionnel lui reproche d'avoir ouvert deux comptes pour sa campagne, dont un à l'étranger. Le second compte, ouvert au nom de son mandataire financier,  "était destiné à effectuer certaines dépenses légales au regard du droit électoral mais pour lesquelles les moyens de paiement français n’étaient pas acceptés, et à collecter des ressources en espèces parfaitement légales, opérations qui n’auraient pas pu être effectuées depuis le compte parisien", affirme l'ex-députée dans un communiqué.

Des règles floues


La Réunionnaise argue de sa bonne foi, précisant qu'au moment où elle a commencé à tenir ses comptes de campagne, l'ouverture de comptes bancaires locaux pour les députés situées hors de France étaient autorisés. " Ce n’est qu’en octobre 2011 qu’a été publié le décret fixant une liste spécifique de pays où les comptes bancaires locaux étaient autorisés, et dont les Etats-Unis ne faisaient pas partie", ajoute-t-elle, dénonçant  "le flou qui a entouré les règles qui ont encadré les campagnes législatives à l'étranger".

"Je tiens à assurer tous mes concitoyens d’Amérique du Nord de mon sincère dévouement et de ma grande tristesse de ne pouvoir continuer à les représenter avec ardeur comme j’ai pu le faire durant ces 8 mois", ajoute celle qu'on a pu voir en première ligne sur le mariage pour tous ces dernières semaines.

N'étant plus députée, Corinne Narassiguin assure néanmoins vouloir faire des propositions pour améliorer la loi et la règlementation du financement des campagnes législatives "afin que les futurs candidats à l’étranger ne se trouvent pas confrontés aux mêmes problèmes parfois insolubles".

Harlem Désir  juge "sévère" la décision du Conseil constitutionnel

Harlem Désir, numéro un  du parti socialiste, juge "sévère" la décision du Conseil constitutionnel d'annuler les élections des députées socialistes Corinne Narassiguin et Daphna Poznanski-Benhamou et de les déclarer inéligibles pour un an. Dans un communiqué, il précise toutefois que le PS se mettait en ordre de marche pour investir de nouveaux candidats.
Le parti socialiste salue "le travail remarquable et assidu" des deux parlementaires, en particulier celui de Madame Narassiguin qui "aura notamment marqué l'Assemblée par  son talent comme responsable du groupe socialiste lors de la discussion du projet de loi sur le mariage pour tous", selon le communiqué du premier secrétaire du parti socialiste.
(Avec AFP)