Le Marion Dufresne est réparé et à nouveau opérationnel

Marion Dufresne
© David Ponchelet | Le Marion Dufresne en 2007 devant l'île d'Amsterdam

Le navire ravitailleur des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) avait été endommagé le 14 novembre dernier.
Réparé en Afrique du Sud, il va pouvoir à nouveau assuré la rotation des îles Crozet, Kerguelen et Amsterdam, dans le sud de l'océan Indien.

David Ponchelet
Publié le , mis à jour le

Après trois mois d'absence, dont deux en cale sèche en Afrique du Sud, le Marion Dufresne a retrouvé ce matin le port réunionnais de la Pointe des Galets.
Le navire qui ravitaille les îles françaises du sud de l'océan Indien (Crozet, Kerguelen et Amsterdam) avait connu une grave avarie le 14 novembre dernier alors qu'il se trouvait au large de Crozet. Le bateau avait heurté un haut-fond, provoquant une déchirure de 60 mètres sur la coque.
A l'époque, les passagers avaient du être évacués et accueillis sur la base Alfred Faure de Crozet. Ils avaient ensuite été récupérés par un autre navire, puis transportés vers Durban.

Les hivernants de Kerguelen et Amsterdam avaient été transportés par deux autres navires, l'Osiris (patrouilleur des Affaires Maritimes) et la Curieuse (ancien bateau de pêche, prorpriété des TAAF).
Le Marion Dufresne avait finalement lui aussi pu gagner le port Sud-Africain par ses propres moyens le 4 décembre.
Mis en cale sèche le 17 décembre, il a repris la mer le 30 janvier, après de lourdes réparations.

Marion Dufresne
© David Ponchelet | Le Marion Dufresne au large des îles Kerguelen (2007)

Le navire ravitailleur des TAAF, dont l'armateur est la CMA-CGM, va reprendre dans les prochains jours son activité habituelle: après une mission scientifique pour le compte de l'IPEV (l'Institut Paul Emile Victor), il effectuera sa première rotation de l'année vers les TAAF à partir du 15 mars.
Le bateau, qui transporte les futurs hivernants de Crozet, Kerguelen et Amsterdam, accueille également des touristes à son bord.
Les 9 touristes qui ont vécu le talonnage survenu en novembre dernier seront remboursés de leurs frais ou auront droit à un nouveau voyage.
Quant aux causes de l'accident, elles ne font plus guère de doutes: c'est une erreur humaine.
La coût des réparations serait d'environ 3 millions d'Euros, selon le Journal de l'île. 

Le détail des réparations effectuées sur le Marion Dufresne avec le site des TAAF