13.000 dollars : le nickel brise un nouveau plafond de verre avant de redescendre

NICKEL
© Alain Jeannin | Métallurgie du ferronickel dans une usine du groupe Boliden en Finlande

Le nickel échangé sur le London Metal Exchange (LME) a reculé en fin de semaine, après des données décevantes sur les importations chinoises qui ont entraîné la baisse des prix des métaux industriels. Les cotations boursières des compagnies minières poursuivent leur progression.

Alain Jeannin
Publié le , mis à jour le

Le nickel, qui s'est envolé mercredi à 13.200 dollars la tonne (5,98 $Ib), à son plus haut niveau depuis mai 2015, a effacé la majeure partie de ses gains en fin de semaine. " Sur le front macroéconomique, la Chine a publié ce matin des importations plus faibles que prévu et les contrats sur le nickel ont baissé sur le marché de Shanghai (SHFE) ", ont résumé les analystes de Marex Spectron. Vendredi soir à Londres, le cours du nickel a fait preuve de nervosité affichant finalement 12.657 dollars par tonne (5,74 $Ib) à la clôture et un petit gain de 0,88% sur la semaine.

Eramet sur un nuage

Cette accalmie sur le front du nickel n’empêche pas le groupe Eramet de poursuivre sa progression en bourse. L’opérateur historique du nickel calédonien enregistre 21 séances de hausse sur 25 et teste désormais les 117 euros. « Le ciel semble la seule limite désormais » commente un expert du Cercle-Finance. Eramet progresse de 34% sur un mois et de 14% sur 5 jours…

Séance boursière du 12/01/2018 des compagnies minières présentes en Nouvelle-Calédonie 
ERAMET +3,76% - GLENCORE +0,20% - VALE +1,55% - POSCO +5,46%


"Les métaux ont du potentiel"

Avec des données sur la croissance industrielle robuste à travers le monde, des perturbations de la production de nickel dans 4 mines aux Philippines, une Réserve fédérale américaine prudente et des conditions d'emprunts plus souples en Chine, les métaux ont encore du potentiel", ont estimé les analystes d’UnitCredit. La Réserve fédérale américaine (Fed) semble ralentir son programme de hausse des taux directeurs, ce qui affaiblit le dollar et fait donc gagner du pouvoir d'achat sur les métaux aux investisseurs utilisant d'autres devises pour les acheter. La Banque mondiale a également annoncé une révision en hausse de sa prévision de croissance pour 2018.