Tourisme : La compagnie allemande Condor desservira Fort-de-France depuis Munich

Martinique tourisme
© Christophe Mastelli CMT | La Martinique va séduire les touristes allemands au départ de Munich en Bavière

A quelques semaines du salon Top Resa qui attire à Paris tous les professionnels européens du Tourisme, la Martinique crée l’événement. Elle choisit Munich, la capitale de la Bavière, comme nouveau point de départ de ses liaisons aériennes au départ de l’Allemagne.

Alain Jeannin
Publié le , mis à jour le

L’ouverture de la liaison Munich – Fort-de-France, le 4 novembre prochain, s’inscrit en parfaite adéquation avec la stratégie de développement du Comité Martiniquais du Tourisme (CMT) qui vise un million de touristes en 2020.

Pourquoi l'Allemagne ?

Avec 81 millions d’habitants, l’Allemagne est la première puissance économique d’Europe et représente un potentiel certain pour le tourisme en Martinique. Les Allemands sont les premiers voyageurs d’Europe. La population allemande observe un taux de départ à l’étranger de 70 % (contre 30 % en France). Le pays dispose d’un secteur tourisme très dynamique, composé de cinq tours opérateurs majeurs. En ouvrant cette nouvelle liaison aérienne depuis la capitale de la Bavière, avec la compagnie allemande Condor, la Martinique se rapproche également de l’Autriche et de la République Tchèque.


Munich-Fort-de-France dès le 4 novembre

Pascal Reine-Adélaïde, directeur Tourisme Europe du Comité Martiniquais du Tourisme, revient sur cet évènement qui est aussi un pari stratégique et l’aboutissement d’un long travail de préparation pour les professionnels martiniquais du tourisme.

La 1ere.fr. Le 4 novembre prochain, vous inaugurez la première liaison aérienne entre Munich et Fort-de-France. Pour la Martinique c’est un nouveau pari, un nouveau positionnement sur le marché allemand du tourisme, et cette fois depuis la Bavière, la région la plus riche d’Allemagne.

Pascal Reine Adélaïde : En effet, l’Allemagne est devenue, avec le temps, un marché important pour la Martinique. Nous participons à de nombreux salons sur ce marché notamment le salon ITB à Berlin qui est le plus grand salon de l’industrie touristique au Monde. Nous formons des agents de voyages allemands pour qu’ils connaissent la destination Martinique. Depuis la mise en place des vols avec la compagnie aérienne Condor, filiale du leader allemand du tourisme Thomas Cook, nous avons augmenté nos budgets de communication. Gardons en tête que le marché allemand est immense : il y a plus de 80 millions d’habitants, mais surtout près de 10000 agences de voyages (à peine 5000 en France), les acteurs y sont puissants et surtout la concurrence des grandes destinations est rude. De plus, les allemands sont des grands voyageurs : les premiers en Europe, dans la Caraïbe, en croisière et sur presque tous les segments.

L’Allemagne et la Bavière sont des marchés à haut pouvoir d’achat pour la Martinique, mais vous n’êtes pas seul et la concurrence régionale est très intense.
Pour exister sur ce marché, le travail pour la Martinique est dur et va prendre du temps. Mais c’est un beau challenge à relever, le Comité Martiniquais du Tourisme travaille sur ce marché avec un grand enthousiasme, car la destination Martinique a beaucoup d’atouts à faire jouer pour attirer des touristes allemands.

Quels sont les partenaires du tourisme martiniquais dans la capitale bavaroise ?
Parce nous n’avons pas de bureau local, nous nous sommes attachés les services d’Atout France pour le suivi des opérations que nous avons décidées. Tous les principaux partenaires Tour-Opérateurs, qui jusqu’à présent nous programmaient, ont été sollicités ; ainsi les formations et les opérations de communications que nous mettons en place à Munich et en Bavière se feront avec eux : Dertour, Meiers Welt Reisen, TUI, FTI, Thomas Cook sont les principaux voyagistes allemands.

Votre partenaire aérien , la compagnie allemande Condor est un peu le « Corsair allemand »...
La compagnie Condor débute son programme pour la Martinique le 4 novembre 2017 jusqu’au 4 avril 2018 et ce, tous les samedis. A noter que le même avion, un Boeing 767 tri-classes de 259 places, continuera ensuite sur Barbade pour rentrer ensuite sur Munich. Les services commerciaux de la compagnie Condor nous accompagnent efficacement. Condor est une compagnie allemande créée en 1955 ; elle appartient au groupe Thomas Cook (un des deux principaux groupes touristiques allemands). La compagnie aérienne compte une quarantaine d’appareils et elle programme plus de 60 destinations dans le Monde. C’est une compagnie régulière mais qui peut aussi faire du charter pour des compagnies de croisière, ou des TO allemands y compris les concurrents au groupe Thomas Cook.

Les négociations avec Condor ont-elles été faciles ? Ils étaient intéressés par la desserte aérienne Munich-Fort-de-France...
Les négociations avec les compagnies aériennes ne sont jamais faciles, car elles ont d’abord des objectifs de rentabilité immédiate dans un monde angoissé et très changeant, fluctuant. Condor, comme toutes les compagnies, souhaitent ne pas perdre d’argent et être sur des segments porteurs.
Les petites caraïbes sont ainsi, pour le marché allemand, une alternative intéressante aux grandes iles de la Caraïbe qui arrivent à maturité. Elles ont une notoriété forte et sont connues pour le soleil, les plages etc… mais commencent à véhiculer une image moins exclusive. Pour un certain type de clientèle l’offre de la petite Caraïbe et donc de la Martinique est dès lors pertinente. Mais dans ces négociations l’aspect technique joue aussi un grand rôle et la collaboration hypra active de l’aéroport du Lamentin a été un grand levier pour l’arrivée du vol.

Peut-on dire que Munich répond à un repositionnement pour la Martinique en Allemagne ?
La Bavière est la région d’Allemagne la plus riche. C’est aussi la région dans laquelle on trouvera le plus de populations francophiles, a fort pouvoir d’achat qui ne souhaitent pas aller dans la grande Caraïbe. En Europe et particulièrement en Allemagne nous activons des leviers simples : La Martinique est une ile Caribéenne avec tout ce que la Caraïbe véhicule en terme d’images positives (soleil, chaleur, nature) pour les allemands, mais aussi la Martinique est française voire européenne. Ces points (euro, sécurité, santé…) réconfortent toutes les clientèles européennes et notamment allemandes qui sont très sensibles aux aspects de sécurité et de conformité.

Vous arrêtez les liaisons aériennes Francfort-Fort-de France sur quel bilan ?
Le Comité Martiniquais du Tourisme est satisfait de ces clients allemands qui viennent en Martinique et qui dépensent leur argent dans les hôtels, les restaurants, les villas, en communes…Condor était satisfait aussi de cette première expérience en vol direct qui ensuite allait sur Trinidad. Condor a souhaité renouvelé ce vol avec la Martinique. Il est clair cependant que la Martinique est toute petite comparée aux grands acteurs du tourisme y compris dans la Caraïbe. Barbade a 3 vols au départ de l’Allemagne par semaine ! Je ne parle pas de la République dominicaine qui en a des dizaines…Il nous faut donc rester modestes, mais à la fois déterminés à faire toujours plus.

Il y a 20 ans, la Martinique recevait près de 8.000 touristes allemands chaque année, où en est-on aujourd’hui, quelles sont vos ambitions depuis Munich ?
En Juillet 2017 nous avons déjà reçu 5800 clients allemands. Notre objectif est de retrouver des chiffres équivalents à ceux que nous avions à une époque qui était bien différente en termes de concurrence et de structure de marché. Il est très compliqué pour un européen de venir en Martinique, car il doit nécessairement prendre un second vol à Orly ou Roissy, seuls aéroports européens qui relient la Martinique. Malgré cela, nous recevons aujourd’hui plus de 8 000 clients allemands, grâce notamment à la ligne sans escale que Condor a installé entre Francfort et FDF en 2016, mais aussi aux actions menées le CMT depuis de très longues années sur le marché allemand.
 
Le marché allemand du tourisme est un marché essentiel pour la Martinique mais aussi pour la Guadeloupe qui dispose d’un bureau permanent pour son tourisme, à Francfort en Allemagne. Martinique et Guadeloupe sont à la fois partenaires mais aussi concurrentes, comment travaillez-vous avec Philippe Boucard qui représente le tourisme de Guadeloupe ( Fremdenverkehrsbüro von Guadeloupe ) depuis Francfort ?
Il est certain que c’est un gros avantage d’avoir un bureau permanent sur un marché. Toutes nos destinations concurrentes ont un bureau en Allemagne. Pour le CMT, aujourd’hui, nous privilégions encore une gestion marketing centralisée au départ de Paris pour l’Europe. Nous travaillons très bien avec la Guadeloupe et y compris ensemble, pour mutualiser des coûts et Philippe Boucard est un ami avec lequel nous discutons beaucoup de ce marché qu’il connait parfaitement.

Revenons à Munich, le positionnement au sud de l’Allemagne vous permettra-t-il aussi d’attirer une clientèle autrichienne ou tchèque tout proche ?
Condor a un vaste réseau de partenariat avec d’autres compagnies aériennes et aussi avec la Deutsche Bahn (le train). Oui, la proximité de l’Autriche est une bonne chose. Nous avions déjà engagé des actions sur ce marché l’an passé. Cette année nous allons, avec les services commerciaux de Condor, former des agents de voyage de Vienne.

Pour le vol inaugural Munich Fort-de-France du 6 novembre, vous préparez un accueil particulier, festif, en Martinique ?
A l’occasion de chacun des premiers vols en provenance d’Europe ou d’Amérique, le CMT organise toujours une animation à l’aéroport. Ce sera le cas cette fois encore. Mais toute l’année l’accueil en Martinique se veut toujours particulier et festif, pour toutes les personnes atterrissant à FDF. La convivialité, la gaieté et le sourire sont indéniablement les atouts naturels de la Martinique ! Rendez-vous le samedi 4 novembre pour le premier vol hebdomadaire vers Fort-de-France, au départ de l’aéroport international Franz-Joseph Strauss de Munich !

les + lus