Salon de l’agriculture : à la découverte du pavillon Outre-mer

Publié le , mis à jour le
salon
© LP | Le pavillon 5 accueille les exposants des Outre-mer au salon de l'agriculture à Paris.
La1ère.fr

Comme chaque année, le Salon de l’agriculture accueille un pavillon Outre-mer. Venus de Polynésie, des Antilles ou encore de La Réunion, les exposants font partager leur culture et leurs saveurs à des milliers de visiteurs, à Paris.

C’est la magie du Salon de l’agriculture. En quelques minutes, sans voyage ni décalage horaire, vous pouvez apprécier le ukulélé de la Polynésie, sentir le monoï de Tahiti, déguster un rougail saucisse de La Réunion, une viande de cerf de Calédonie ou encore savourer un punch coco de Guadeloupe. 

Le salon en direct

Comme chaque année, le Salon de l’agriculture accueille un pavillon dédié aux Outre-mer. Jusqu’au 5 mars prochain, près de 800 000 personnes sont attendues par des exposants venus parfois de très loin. Découvrez les allées, les stands, les exposants et les produits ultramarins du salon grâce au Facebook Live de La1ère. 


Une journée au salon 

10h. Alors que les plats mijotent dans les marmites, les visiteurs affluent. Première étape : le punch de Guadeloupe. “Non, surtout ne le mettez pas au frigo, conseille Mimi du stand Mi Bébé. Le punch coco se boit comme ça, ajoutez juste un petit glaçon”. “On aimerait bien tout goûter”, confie ce visiteur venu d’Amiens. "Cela nous rappelle nos dernières vacances aux Antilles".

Coco, planteur et passion, sont les punchs qui ont le plus de succès sur le stand de Mimi. Habituée du salon, elle est arrivée à Paris avec 2 500 bouteilles cette année. “Je prépare l’événement six mois à l’avance, j’achète mes fruits, je les fais macérer, c’est du travail”, confie cette Guadeloupéenne qui fabrique tous ses punchs de manière artisanale. A ses côtés, Thierry met aussi la main à la pâte. “La chaleur, la convivialité, les odeurs, tout le monde prépare le salon pendant un an, alors on est content d’y être quand ça commence”.

12h. Le coup de feu ne va plus tarder en cuisine. Samoussas, bouchons, rougail saucisse, carry zourite, boucané : sur ce stand de restauration réunionnaise tout doit être prêt. Venu de La Réunion, Geoffrey expose depuis dix ans au salon. “Quand on a préparé un rougail saucisse pour 50 personnes avec une marmite et un feu de bois en plein grand raid, cuisiner au salon c’est que du bonheur”, sourit le jeune homme qui s'adapte aux conditions d'exposition. Juste à côté, le planteur est filtré avec soin : “Un planteur avec ananas, mangue, papaye, pitaya et passion de La Réunion”. 

14h. “Ces fleurs ont fait 8 000 kilomètres pour vous”. Avec une telle accroche, difficile de résister à l’appel du stand “Tropical Fleurs”. “Nous sommes venus avec seulement 800 kilos de fleurs, on ne pouvait malheureusement pas ramener toutes les variétés”, confie cet exposant guadeloupéen.  En coulisse, Stella confectionne une centaine de bouquets par jour. “Ces bouquets durent environ trois semaines, c’est un petit voyage pour 15 euros”, sourit cette fleuriste de Guadeloupe. 

16h. Son odeur embaume l’allée. La vanille de Saint-Philippe à La Réunion fait partie des produits incontournables du pavillon Outre-mer. “Nous avons de la vanille sèche traditionnelle et surtout de la vanille givrée qui est le haut de gamme de la vanille, explique Louis Leichnig. Cet agriculteur réunionnais expose au salon depuis 11 ans. “80% des personnes connaissent la vanille mais pas la vanille givrée, donc on explique comment elle est cultivée, récoltée et comment on arrive à la vanille givrée, deux ans après récolte”.

Passionné, Louis multiplie les explications, présente les produits et fait sentir les gousses de vanille aux visiteurs. S’il aime venir au salon c’est d’abord pour représenter La Réunion. “Ça coûte de venir, c’est stressant, c’est un investissement, mais ça paie d’être parmi les grands”, sourit-il.