Mercredi 16 août 2017, un communiqué de la commune de Saint-Leu annonce l'accueil des élèves : "dans l'ensemble des écoles primaires, élémentaires et maternelles de la commune". Ce revirement est-il dû à la volonté de se démarquer des autres afin d'attirer l'attention sur sa décision où à une réelle hésitation ? 
Cette question trouve sa réponse à la fin du communiqué. "Après plusieurs réunions avec les services de la Préfecture, les quota affectés à la ville de Saint-Leu ont été notifiés à la mairie", en clair cette décision dépendait du quotas de contrats aidés alloués...

Des contrats aidés très attendus par les chômeurs et les élus

Ce texte précise également que ces fameux contrats aidés sont devenus essentiels dans la gestion des relations entre les élus et leurs citoyens au chômage et de poursuivre : "Cette notification tardive complique lourdement les procédures de recrutement". La commune de Saint-Leu, comme beaucoup d'autres manque-t-elle "d'assistantes maternelles", sans emploi, qui attendent de décrocher un poste ? 
Au-delà des interrogations légitimes que suscite cette décision tardive, il faut rappeler que désormais ce ne sont donc pas 5, mais 6 communes (Saint-Paul, Saint-Denis, Le Port, La Possession, Sainte-Rose et maintenant Saint-Leu) qui ouvrent leurs portes dès demain vendredi 18 août 2017.