Une passion qui prend le temps de murir, car rien ne destinait Osman Badat à la photographie.
Il arrête les études en seconde et s’engage dans l’armée.
Son premier emploi rémunéré est celui de livreur de pizza.
Il travaillera ensuite 10 ans dans une agence d’intérim.
 
Il achète un appareil photo avec ses indemnités de licenciement.
Aujourd’hui aide cuisinier et photographe il signe sa première exposition consacrée aux maisons abandonnées.
 
 
Voici son portrait gayar signé Jean-Mac Collienne et Philippe Hoareau.
Le portrait gayar d'Osman Badat