Le conflit des planteurs menace sérieusement de s’étendre à de nombreux autres secteurs d’activité. La CGTR et la Fédération des Transporteurs et Terrassiers soutiennent officiellement le mouvement des agriculteurs. Si ce conflit ne trouve pas d’issue avant ce mercredi 12 juillet 2017, le risque d’un embrasement deviendra très sérieux. Les vacances scolaires n’auront aucune incidence sur l’ampleur du mouvement, nombre de Réunionnais ne pouvant pas s’offrir de congés en dehors de l’île.
Le nouveau préfet, Amaury de Saint-Quentin, en poste depuis ce lundi 10 juillet 2017, a demandé aux planteurs de libérer le Barachois en préalable à d’ultimes discussions. Dès 21h15 lundi, les tracteurs ont quitté les lieux, mais le conflit demeure.
 
Une convention pour les cinq prochaines années
 
Des avancées significatives ont été obtenues par les représentants syndicaux. Désormais, ils souhaitent que Tereos fasse un dernier geste pour parapher la convention canne 2017/2021. L’objectif affiché concerne la revalorisation du prix de la tonne de canne. L’usinier est monté à 2,50 €…
Les enjeux sont importants pour les agriculteurs. Le document engage la profession pour 5 ans. Ils sont d’autant plus exigeants que le prix de la tonne de canne n’a pas bougé depuis la convention canne signé en 2005 et qui concernait la période 2006/2015
Chat échaudé craignant l’eau froide, les adhérents de la FDSEA, des J.A et de la CGTR veulent des garanties pour l’avenir surtout que le 1er octobre 2017 sonne la fin des quotas sucriers