Beaufonds : matériel détruit, usine fermée et vive tension !

Sonde de Beaufonds incendiée mai 2017
© Réunion 1ère

Des jeunes agriculteurs en colère ont détruit des rails, censés canaliser les tracteurs et leur chargement de cannes, lors du passage devant la sonde en charge du calcul de la richesse. Un couloir trop étroit et dangereux selon les manifestants.

Fabrice Floch
Publié le , mis à jour le

Acte de vandalisme, incompréhension, manque de dialogue ?
Difficile de répondre à cette question sans avoir tous les éléments. Toujours est-il que mardi matin, une quinzaine de sympathisants et l'un des dirigeants de l'organisation syndicale des Jeunes agriculteurs ont fait une descente musclée au niveau de la balance de Beaufonds, qui accueille les chargements de cannes qui seront traités par l'usine situé juste à côté. Les planteurs ont arraché les trottoirs censés centrer les tracteurs pour que la sonde, chargée d'évaluer la richesse de la canne à sucre, puisse effectuer le prélèvement dans des conditions parfaites.
Un couloir beaucoup trop étroit selon, les Jeunes agriculteurs.

Une journée pour calmer les esprits

Bruno Robert, membre des Jeunes agriculteurs, présent lors de l'accès de colère des adhérents du syndicat de planteurs a expliqué au Quotidien les raisons de ce coup de sang : "Ils ont installé un couloir depuis le début de la campagne pour canaliser les tracteurs, mais il fait 3 mètres de large alors que certains de nos tracteurs font 2,80 m. On a des roues basse-pression très sensibles, elles ne doivent surtout pas frotter. Si elles explosent en descendant la route des Plaines avec chargement plein, vous imaginez le résultat ?"
Les responsables de l'usine et du CTICS en charge de l'échantillonnage et donc du matériel vandalisé doivent prendre une décision dans la journée. Les rapports humains sont manifestement compliqués à Beaufonds. Pour mémoire, en début de campagne et conflit de la canne, la sonde cette même balance avait été incendiée. La menace de passer à l'action des Jeunes agriculteurs doit être prise au sérieux. Ils ne veulent pas entendre parler d'un arrêt des livraisons de cannes. 

Votre avis nous intéresse !

Participez au Grand Jury des Médias d'Outre-mer (et gagnez un chèque cadeau par tirage au sort)

Je participe