Ralph Lavital fait son "Carnaval" sur un nouvel album de jazz caribéen

Ralph Lavital
© DR | Le guitariste et chanteur antillais Ralph Lavital.

Le guitariste et chanteur Ralph Lavital vient de sortir son dernier album, « Carnaval ». Un opus qui brasse généreusement rythmiques antillaises et jazz avec des musiciens de la nouvelle scène parisienne. Entretien.

Philippe Triay
Publié le , mis à jour le

C’est l’agréable surprise musicale de ce mois de mai. La sortie du nouvel opus du guitariste et chanteur Ralph Lavital, intitulé « Carnaval », au confluent des harmonies caribéennes et jazzistiques. « Cet album illustre la façon dont j’ai pu intégrer les différentes cultures à travers mon éducation et mes expériences musicales. Cela s’exprime dans mes compositions et dans ma façon de jouer. Sans les hiérarchiser, j’ai mis en avant les cultures antillaises, mais aussi française, classique, américaine à travers le jazz, ainsi que brésilienne et africaine, présentes aux Antilles », explique l’artiste, joint par La1ere.fr.  
 
De père guadeloupéen et de mère martiniquaise, Ralph Lavital a été nourri par les rythmes antillais dès sa plus tendre enfance. Issu d’une famille de musiciens, il accompagnait déjà, à l’âge de 12 ans, son père, Tinou Lavital, également éminent guitariste, dans les clubs parisiens où ce dernier se produisait. Il lui rend d’ailleurs un hommage appuyé dans « Carnaval » avec deux titres, « Grand Nous » et « Blind ».

Licence de musicologie

Ralph Lavital a également effectué un parcours plus classique en passant par le conservatoire de Paris XIIIe puis d’Ivry, et en décrochant une licence de musicologie à La Sorbonne. Il est aussi diplômé de l’Ecole de musiques actuelles (EDIM).
 
Toutefois c’est l’univers du jazz qu’affectionne plus particulièrement Ralph Lavital. « Le jazz ressort le plus dans mon parcours et dans ma façon de jouer. Le concept de l’improvisation et tout ce qui a trait à l’harmonie dans le jazz m’ont toujours passionné. Mais ce sont des choses que j’ai également retrouvées dans la musique classique romantique française, où le côté mélodique était poussé très loin », confie-t-il.

REGARDEZ la présentation de l’album « Carnaval » par Ralph Lavital


Qui dit jazz dit forcément New York. C’est dans cette ville au dynamisme musical légendaire que « Carnaval » a été mixé et masterisé, au Bass Hit Recording Studio. « J’écoute beaucoup de jazz issu de la nouvelle génération de jazzmen newyorkais, et j’avais envie d’avoir ce son-là. Donc je me suis dit autant aller jusqu’au bout de la démarche, et je suis parti à New York pour trois jours de ‘mix’ avec Dave Darlington, un ingénieur du son qui a travaillé entre autres pour Jacques Schwarz-Bart (saxophoniste guadeloupéen, ndlr). C’était génial ! », déclare Ralph Lavital.
 
Le musicien, qui a joué par ailleurs au côté de figures emblématiques de la musique antillaise comme Tanya Saint-Val, Jocelyne Beroard, Jacob Desvarieux, Jean-Claude Naimro, Tony Chasseur, Gregory Privat et Sonny Troupé, sera en concert au Sunside à Paris, le 10 juin à 21h30.  
 
Ralph Lavital, « Carnaval » - mai 2017 (label Jazz Family).
Musiciens : Ralph Lavital (guitare et chant) - Nicolas Pelage (chant et percussions) - Laurent Coq (piano) - Zacharie Abraham (contrebasse) - Tilo Bertholo (batterie) - Invités : Laurent Lalsingué (steel pan) et Ricardo Izquierdo (saxophone ténor). 


CD Lavital
© DR

 

Votre avis nous intéresse !

Participez au Grand Jury des Médias d'Outre-mer (et gagnez un chèque cadeau par tirage au sort)

Je participe