Prison ferme pour les agresseurs de rugbymen à Millau

 palais de Justice de Rodez
© ERIC CABANIS / AFP | Le palais de Justice de Rodez

Six hommes, membres de la communauté antillaise de Millau dans l'Aveyron, ont été condamnés mercredi par le tribunal correctionnel de Rodez à des peines allant d'un à quatre ans de prison pour avoir agressé à l'arme blanche trois rugbymen du club clermontois de l'ASM une nuit de juillet 2014.

La1ere.fr (avec AFP) Publié le

Les six prévenus, habitants de Millau, ont tous été reconnus coupables de "violences volontaires avec armes", avec des circonstances aggravantes telles que la préméditation et, pour l'un d'entre eux, la récidive. Trois mandats de dépôt ont été prononcés, ainsi qu'un mandat d'arrêt, l'un des prévenus ne s'étant pas présenté au tribunal.
 

 Agression à la pelle et à la machette

Dans la nuit du 19 au 20 juillet 2014, vers 03H30 du matin, trois rugbymen du club du Top 14 avaient été agressés par arme blanche à la sortie d'un bar de nuit de Millau.
Une "dizaine" de personnes en scooter, armées de machettes, de pelles de chantier et de couteaux, les avaient agressés, alors qu'une quinzaine de rugbymen rentraient à pied à leur hôtel par petits groupes.
 

Trois membres de l'équipe de France blessés

Le talonneur de l'équipe de France Benjamin Kayser et le centre Aurélien Rougerie, capitaine de l'ASM, avaient été blessés à un bras et le deuxième ligne Julien Pierre plus sérieusement à une hanche.
Outre les trois joueurs, l'agression avait fait quatre autres blessés parmi les personnes qui avaient tenté de s'interposer.
 

De passage à Millau

Les joueurs clermontois étaient à Millau pour une simple halte sur la route de Falgos (Pyrénées-Orientales), où le club finaliste de la Coupe d'Europe 2013 et demi-finaliste européen 2014 devait effectuer un stage de quelques jours.
L'agression avait suivi une altercation verbale à l'extérieur du bar de nuit. Peu avant la fermeture de l'établissement où ils étaient réunis, Aurélien Rougerie avait en effet pris à partie un homme qui venait d'insulter violemment une femme.