"A la demande du bureau danois d'enquêtes sur les accidents, un hélicoptère de la compagnie danoise Air Greenland a survolé aujourd'hui (mercredi, ndlr) cette zone et a repéré des éléments métalliques provenant du moteur", a annoncé le BEA jeudi.
             
Il a précisé être "en relation avec son homologue danois pour organiser la récupération de ces éléments".
             
Selon le BEA, ils ont été repérés dans une "zone désertique, couverte de glace, localisée à environ 150 kilomètres au sud-est de la ville de Paamiut, située sur la côte ouest" du Groenland.
             
Ils ont été localisés grâce à l'exploitation des données de l'une des deux boîtes noires de l'appareil, l'enregistreur de paramètres de vol (FDR), qui a "permis de déterminer le lieu où l'avarie est survenue en croisière au moteur numéro 4 de l'Airbus A380 et de délimiter une zone de recherche des éléments qui se sont détachés".
             
Le BEA, qui mène l'enquête de sécurité en liaison avec les autorités danoises, américaines et canadiennes, indique que les analyses des données contenues dans les enregistreurs de bord vont se poursuivre dans son laboratoire.
             
"Les calculateurs du moteur vont également être analysés chez le constructeur de ces équipements aux Etats-Unis", précise-t-il. Les motoristes sont les américains General Electric et Pratt and Whitney.
             
Quant au moteur de l'avion, il "va être déposé pour être acheminé au centre de maintenance du constructeur de ces moteurs à Cardiff (Royaume-Uni) pour des examens plus approfondis".
             
Le Super Jumbo d'Air France, un A380-800, effectuait la liaison Paris-Los Angeles lorsqu'une avarie sur le moteur N°4 (qui se trouve à l'extrémité droite de l'avion, ndlr) s'est produite alors que l'appareil survolait le Groenland.
             
L'équipage du vol AF066 s'est alors dérouté vers l'aéroport de Goose Bay (Canada) où il a atterri à 15H42 (GMT).
             
Le vol AF066 avait décollé de l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle samedi vers 09H30 (GMT), avec 497 passagers et 24 membres d'équipage à bord.
             
Selon le BEA, dont des enquêteurs se sont rendus à Goose Bay, "les dommages sur l'aéronef semblent être limités au moteur N°4 et à son environnement immédiat. L'observation du réacteur montre que la soufflante, premier élément tournant à l'avant du moteur, s'est détachée en vol, entraînant avec elle la perte de l'entrée d'air".
             
Le BEA s'est vu déléguer l'enquête de sécurité par le Danemark.