La semaine dernière, les hauts responsables d’institutions spécialisées des Nations Unies (ONU) et de la Communauté du Pacifique (CPS) se sont réunis à Suva (Fidji) pour étudier des possibilités de coopération approfondie et de coordination renforcée de leurs travaux respectifs visant à aider les pays océaniens à réaliser les Objectifs de développement durable fixés à l’échelon planétaire. 

La rencontre a permis de recenser les synergies possibles entre les domaines prioritaires de la CPS et ceux de l’ONU dans le cadre de la nouvelle Stratégie des Nations Unies pour le Pacifique. Ces domaines sont les suivants : changement climatique, résilience aux catastrophes et protection de l’environnement ; égalité des sexes ; émancipation économique durable et inclusive ; services de base équitables (à savoir la santé, l’éducation et la protection sociale) ; gouvernance et engagement des communautés ; et droits de l’homme.

Les données pour le développement, sujet transversal, constituent également une priorité et un domaine d’intérêt pour la CPS comme pour les Nations Unies.

Au cours de cette réunion d'une demi-journée, les hauts responsables ont passé en revue un large éventail d’actions de développement en cours dans la région et ont mis en avant les domaines dans lesquels une collaboration accrue est possible.

Une approche coordonnée


Tous les participants s’accordaient à dire qu’il est nécessaire d’adopter une approche coordonnée et intégrée faisant appel à l’expertise et aux avantages comparatifs de l’ONU et de la CPS afin que les actions aient davantage d’impacts et se révèlent plus rentables.

Audrey Aumua, Directrice générale adjointe de la CPS, a souligné l’importance de la collaboration et de l’échange d’informations entre la CPS et l’ONU, en précisant : « Nous nous efforçons avant tout d’accompagner les actions de développement définies comme prioritaires dans les États et Territoires océaniens. Les compétences et l’expérience nécessaires pour mettre en place des réformes structurelles et favoriser une évolution positive se trouvent dans cette salle. En travaillant de manière complémentaire, ensemble, nous pouvons accélérer ces évolutions. »

La CPS et les institutions spécialisées des Nations Unies se sont engagées à organiser ce dialogue stratégique chaque année et à en assurer le suivi afin de définir les modalités pratiques du partage régulier des informations et de l’élaboration d’initiatives communes à l’ONU et à la CPS.

Prenant acte de leur longue histoire de coopération fructueuse dans le cadre d’activités diverses, les Nations Unies et la CPS ont convenu qu’un échange structuré plus régulier ainsi que des efforts communs destinés à améliorer la visibilité du partenariat établi permettraient aux deux organisations d’afficher une image d’intégration et de cohérence vis-à-vis des pays, des bailleurs de fonds et d’autres partenaires du développement.

Osnat Lubrani, Coordonnatrice résidente des Nations Unies, a estimé que cette consultation de haut niveau permettait d’approfondir un partenariat déjà authentique et pérenne entre les Nations Unies et la CPS. Elle a ajouté : « Cet examen stratégique du partenariat entre les Nations Unies et la CPS intervient à point nommé, alors que l’ONU se prépare à lancer sa nouvelle Stratégie pour le Pacifique en 2018. Cette rencontre permet de veiller à ce que la coopération avec la CPS soit solide dès la mise en œuvre de la stratégie. »