Polynésie : le marae Taputapuatea inscrit au patrimoine de l’Unesco

Taputapuatea
© DR | Taputapuatea

Le marae Taputapuatea a été inscrit dimanche 9 juillet sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Il s’agit d’un "temple à ciel ouvert” situé sur l’île de Ra’i-atea en Polynésie française.

La1ère.fr (avec AFP) Publié le , mis à jour le

Un "temple à ciel ouvert", le marae Tapu-tapu-atea, situé sur une île de la Polynésie française, a été inscrit dimanche 9 juillet sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Regardez le reportage Outre-mer 1ère sur cette inscription qui a été validée à Cracovie, en Pologne :

Taputapuatea



Les images de Taputapuatea 


"Tapu-tapu-atea" veut dire "sacrifices venus de loin". Il s'agit, selon la proposition présentée par la France, d'un "ensemble cérémoniel majeur", localisé sur l’île de Ra'i-atea. Cette dernière est connue pour être l'île sacrée de l'archipel des Iles de la Société.


Vote en Pologne

Le Comité du patrimoine mondial réuni à Cracovie, dans le sud de la Pologne, a voté également dimanche plusieurs autres inscriptions de sites, d'abord asiatiques: la ville historique de Yazd en Iran, et l'île sacrée d'Okinoshima au Japon. (Regardez ci-dessous un reportage de Polynésie 1ère sur le marae).

D'autres sites

Ont aussi été inscrits des sites européens: les fortifications vénitiennes construites entre le XVe et le XVII siècles sur des territoires aujourd'hui italiens, croates et monténégrins, Kujataa - un paysage agricole subarctique en bordure de la calotte glaciaire du Groenland-, des grottes en Allemagne, dans le Jura souabe, où l’on a trouvé des figurines sculptées vieilles de 43.000 à 33.000, remontant à la période glaciaire, une mine  de plomb, d'argent et de zinc de Tarnowskie Gory en Pologne, honorée grâce à son système de gestion des eaux souterraines, et enfin la cathédrale et le monastère de l'Assomption de l'île-village de Sviajsk, en Russie.

Samedi, le Comité a admis également sur sa liste notamment la zone des temples de Sambor Prei Kuk, site archéologique de l'ancienne Ishanapura (Cambodge), la petite île chinoise de Kulangsu, à proximité de la ville de Xiamen, ancienne fenêtre de la Chine impériale sur l'étranger, et la ville historique indienne d'Ahmedabad.