Politique directe

Voir Le politique direct

Valérie Jauneau et Angélique Souche, aux rênes de politique direct(e)

valérie et angélique
Karine Boppdupont

Sur le plateau, une personnalité politique face à une journaliste. Confidences ou révélations ? L'émission s'articule autour d'un portrait de l'invité et d'un entretien incisif. Angélique Souche et Valérie Jauneau nous en expliquent un peu plus...

Fiche technique

Présentation en alternance : Angélique Souche et Valérie Jauneau

Durée de l’émission : 26’                              Saison 2017 : 43 numéros

Diffusion : Dimanche                                     Production : NC 1ère  

Horaire : 18h15                                        

Interview croisé d'Angélique Souche et de Valérie Jauneau


Pourquoi ce nom politique direct(e) ?
Angélique Souche : L’idée est de réaliser, comme son nom l’indique, une émission en direct avec un ou une invitée qui marque l’actualité politique du moment. Ce nom reflète également le format de l’émission, 26 minutes percutantes où l’on découvre ou redécouvre une personnalité et ses idées.
Valérie Jauneau : Politique Direct (e) est une émission que l’on souhaite sérieuse, dynamique, réactive tout en étant sans détours.
 
Quel ton souhaitez-vous donner à ce nouveau magazine politique ?
A.S : Nous souhaitons éclairer le public sur les réformes en cours, les choix avant 2018, les projets des partis, évoquer la réalité du terrain.
V.J : Dans ce face à face, nous ne souhaitons pas d’affrontement mais nous essaierons de pousser les invités dans leurs retranchements. Il faut savoir être impertinent. Ainsi, l’émission propose un portrait de l’invité,  la question contradictoire, ou encore des questions d’internautes recueillies sur notre page facebook.
 
- Comment allez-vous choisir vos invités ?
V. J : Au début , nous inviterons les personnalités qui comptent dans les partis et qui ne sont pas candidates aux législatives. 
A.S : L’idée est que ces personnalités réagissent à l’actualité politique immédiate, qu’elles évoquent leurs projets, et se positionnent sur l’après 2018. Nous aimerions éclairer le public en TV, radio et internet.
 
- Le magazine change de format durant les élections ?
A. S : Six  semaines avant les élections législatives, un magazine « spécial législatives » sera proposé. Il s’agira d’une émission avec deux candidats d’une même circonscription.
 
Vous présentez en alternance, comment vous répartissez-vous la fréquence ?
V.J      Angélique ouvrira le bal le 2 avril et je reprendrai ensuite la présentation de l’émission. Nous serons présentes en alternance tout au long de la grille, le dimanche, sur NC 1ère.

Vous êtes diffusées sur les trois médias en même temps, est-ce une pression supplémentaire ?
A.S : Non. A partir du moment où on fait de l’antenne, quelque soit le support, l’exigence est la même qu’il s’agisse de lecteurs, de téléspectateurs ou d’auditeurs.  
V. J : Le direct est toujours une prise de risque  mais c’est ce qu’on aime toutes les deux; nous avons une expérience en télévison et en radio qui devrait nous aider.
 
Regardez-vous ce que font les autres chaînes en matière de magazine politique ?
V.J : Oui, bien sûr ! La question est plutôt par qui sommes-nous inspirés ?
J’ai beaucoup aimé les émissions d’ Anne-Sophie Lapix lorsqu’elle présentait « Dimanche + », sa rigueur et sa simplicité, en ne lâchant rien à l’invité. D’autres personnalités médiatiques me marquent et je citerai  Elisabeth Quin sur Arte, David Pujadas, pour France 2  et Françis Letellier pour France 3 . Des émissions comme  «  C’est dans l’air » nous ont aussi marqué sur la bonne tenue de leur débat.
A.S : Ce sont des modèles mais nous n’avons pas la prétention de les imiter.
 
-  Est-ce que ce n’est pas compliqué d’être directe, sans langue bois, sans malmener un peu les politiques ?
V.J :  Je pense qu'aujourd'hui la classe politique est prête, ce qui était moins le cas il y a 20 ans .
A. S : Encore une fois on est ni Stéphane Guillon, ni le « Petit Journal », on reste dans un créneau d’information locale avec des enjeux déterminants. L’objectif est d’essayer de répondre aux questions que les Calédoniens se posent.