Avec le retour du vent de nord-est, les bateaux ont retrouvé des vitesses plus conformes à leur potentiel et filent bon train vers le sud. Les skippers appliquent leur stratégie de course et font tout pour bénéficier des vents forts au portant pendant deux jours. La seule difficulté est de choisir la toile du temps : grand-voile arisée le plus souvent, les plus audacieux sont encore sous spi, quand d’autres ont préféré une voile plus maniable, idéale quand on veut naviguer sous pilote, en profiter pour dormir ou se restaurer véritablement. Mais par 20-25 nœuds de vent, la moindre erreur se paie cash. 

Les positions


En prototype, Ian Lipinski (Griffon.fr) a fait la différence, condamnant ses poursuivants à se battre pour les places d’honneur. Dans cette catégorie, signalons le bon comportement de Keny Pipérol (Région Guadeloupe). Ce dernier garde sa huitième place au soir du troisième jour de course.

En série, Rémi Aubrun (Alternative Sailing – Constructions du Belon) enfonce le clou. Yannick Le Clech (Dragobert) et Erwan Le Draoulec (Emile Henry) sont maintenant relégués à près de cinq milles. 
Cartographie et calculs -Geéovoile Tracking- Yellowbrick