Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Madagascar : au moins 4 morts après le passage du cyclone Enawo

Publié le , mis à jour le
20170308 Photo Enawo
© Copie d'écran site Météo France
La1ère.fr (avec AFP)

Le cyclone Enawo frappe violemment Madagascar. Au moins quatre personnes sont mortes et 4 000 sinistrés. Enawo devrait toucher la capitale Antanarivo, dans la nuit. Selon la Croix-Rouge, il s'agit du plus puissant cyclone qui frappe Madagascar depuis 2012.

Le cyclone Enawo a fait au moins 4 morts et 4.000 sinistrés à Madagascar, selon un nouveau bilan annoncé mercredi par le Premier ministre Olivier Mahafaly, et devait toucher la capitale du pays, Antanarivo, dans la nuit.

500 personnes déplacées

Des évacuations ont déjà eu lieu dans la capitale, où Enawo est attendu jeudi matin à 03h00 (00h00 GMT) mais qui subit déjà de très fortes pluies depuis mercredi matin. Selon un correspondant de l'AFP, 500 personnes ont été déplacées du quartier d'Ampefiloha, dans le sud d'Antananarivo, et provisoirement relogées dans un stade.     

La capitale en alerte rouge

Les services météorologiques malgaches ont placé la capitale en "alerte rouge" et invité sa population à "rester à l'abri" et à "cesser toute activité".
Le ministère de l'Education Nationale a fermé par précaution les écoles de la ville et les festivités prévues pour la Journée internationale de la Femme ont été annulées.

Enawo semble néanmoins s'affaiblir, les prévisions météo estiment que des vents de 65 km/h avec des rafales à 90 km/h toucheront Antanarivo et ses environs, selon le dernier bulletin des services météorologiques diffusé à 16h00 GMT. Mardi, le cyclone a frappé le nord de la Grande Ile avec des bourrasques approchant les 290 km/h.


Le cyclone le plus puissant depuis 2012

Selon la Croix-Rouge, qui craint que 700.000 personnes soient affectées, il s'agit du plus puissant cyclone qui frappe Madagascar depuis le cyclone Giovanna en 2012. Enawo frappe Madagascar alors que l'île souffre déjà d'une intense sécheresse qui a entraîné une hausse du prix du riz, l'aliment de base des populations, et de graves pénuries alimentaires, notamment dans le Sud.