Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Un internaute condamné à 1 000 euros d'amende pour un tweet raciste à l'encontre de Christiane Taubira

Publié le , mis à jour le
taubira justice
© AFP
La1ere.fr (avec AFP)

Un internaute, Grégory Pasqueille, a été condamné mercredi à une amende de 1.000 euros, qui peut se transformer en emprisonnement, pour un tweet raciste dans lequel il comparait l'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira à un singe.

Le prévenu avait d'abord été condamné en son absence à deux mois de prison ferme en juin 2016, mais comme il n'avait pas été touché par la convocation, il a fait opposition et a été de nouveau jugé.

Un tweet de soutien à Anne-Sophie Leclere

A l'issue de ce deuxième procès, le tribunal correctionnel de Paris l'a condamné à 100 jours amende à 10 euros. "Taubira t'es un bonobo et tu le resteras toute ta vie espèce de grosse merde que tu es", avait-il tweeté le 16 juillet 2014, précédé du hashtag "#SoutienALeclere", référence à l'ancienne candidate Front national Anne-Sophie Leclère, qui avait publié sur Facebook un photomontage comparant la garde des Sceaux à un singe. Mme Leclère a pour cela été condamnée en septembre dernier à 3.000 euros d'amende avec sursis.
 

 
"Acharnement politique"

Grégory Pasqueille avait quant à lui accompagné son tweet d'une image représentant la chaîne de l'évolution avec cinq hominidés, du singe jusqu'à l'homo-sapiens, le visage de Christiane Taubira étant superposé à la tête du premier singe.
Pendant l'enquête, il s'était dit "victime d'un acharnement politique, notamment pour son antisémitisme supposé et pour être suspecté d'appartenir au réseau" du polémiste Dieudonné.
 

Appel à prendre les armes contre François Hollande et Manuel Valls

En août dernier, il a été condamné à Béthune à cinq mois de prison pour menaces de mort. Il avait appelé sur Twitter à "prendre les armes" et à se rendre aux Invalides à Paris le lendemain, pour la cérémonie d'hommage à l'ancien Premier ministre Michel Rocard. Il avait accompagné certains de ses tweets, qui depuis ont été supprimés, du hashtag "#assassinerhollandevalls".