Trafic de titres de séjour en Guyane : 5 personnes dont Bertrand Moukin devant le juge

titre de séjour
© THOMAS COEX / AFP | (Photo d'illustration)

Dans l’affaire du trafic de titres de séjour en Guyane, cinq personnes sont déférées devant le juge d’instruction, après leur garde à vue entamée lundi dernier. Parmi elles, des agents de la préfecture, mais aussi Bertrand Moukin, acteur du récent mouvement social.

Guyane 1ère Publié le , mis à jour le

Suspectées de trafic de titres de séjours, elles étaient en garde à vue depuis lundi 19 juin. Cinq personnes, dont deux agents de la préfecture de Guyane, seront déférées en fin d’après-midi, ce mercredi 21 juin, devant le juge d’instruction.

Bertrand Moukin, acteur du mouvement social

Une cinquième personne sera déférée demain. Il s’agit de Bertrand Moukin, un des acteurs de la mobilisation sociale de mars dernier en Guyane. Bertrand Moukin avait un rôle clé dans la tenue des barrages durant le mouvement social de mars dernier. "Les gardes à vue de quatre autres personnes ont-elles été levées", précise le procureur de la République, Eric Vaillant.

Information judiciaire

Au total neuf personnes avaient été interpellées lundi dernier. Toutes étaient soupçonnées d’être impliquées dans un trafic de titres de séjour.

Selon le procureur de la République de Cayenne, le 16 février 2017, une information judiciaire avait été ouverte pour corruption, aide au séjour irrégulier, faux et usage de faux, blanchiment d'argent et associations de malfaiteurs commis entre janvier 2014 et juin 2017.

Jusqu’à dix ans de prison

Ces interpellations avaient eu lieu suite à un signalement du Préfet auprès du Procureur de la République. Ce signalement avait été fait par Martin Jaeger dès sa prise de fonction en janvier 2016.

La peine maximale encourue est de dix ans de prison et une amende d'au moins un million d'euros.

Votre avis nous intéresse !

Participez au Grand Jury des Médias d'Outre-mer (et gagnez un chèque cadeau par tirage au sort)

Je participe