Ségolène Royal écourte son séjour et ne va pas inaugurer le pont de l'Oyapock

Ségolène Royal échange avec Rodolphe Alexandre
© Yves Robin | Ségolène Royal à la clôture de la convention de Carthagène à Cayenne

Les mouvements sociaux ont-ils eu raison de la patience de la ministre de l'Environnement de l'Energie et de la Mer? Ségolène Royal reprend l'avion ce 17 mars et ne va pas inaugurer le pont de l'Oyapock le 18 mars. La mission sera remplie par le préfet Martin Jaeger et le gouverneur de l'Amapa.

Catherine Lama
Publié le , mis à jour le

Le séjour en Guyane de Ségolène Royal a été très mouvementé. Elle n'a pas pu respecter son programme qui allait jusqu'au soir du 18 mars avec notamment l'inauguration du fameux pont de l'Oyapock. La raison officielle invoquée est la non venue du ministre brésilien pour cet événement. Mais les incidents qui ont émaillé ses différentes rencontres depuis son arrivée en Guyane et notamment l'irruption du collectif des 500 frères en pleine restitution de la convention de Carthagène en présence de 25 représentants étrangers ont sans doute convaincu la ministre de l'Environnement de renoncer.
La belle idée lancée de construire un pont par les chefs d'états français et brésilien, Jacques Chirac et Fernando Henrique Cardoso en 1997, a vu le jour après moult péripéties. Mais depuis 5 ans, le pont de l'Oyapock attend d'être ouvert à la circulation. Il le sera dans des conditions restreintes ce 18 mars. Il n'a plus la dimension internationale du début, tout au plus est-il devenu un élément, bien embarrassant, tant il soulève de complications administratives, de coopération transfrontalière . 

Un pacte d'avenir renforcé

La venue en Guyane de la ministre de l'Environnement, aura toutefois permis de faire avancer, le pacte d'avenir promis depuis décembre 2013 avec un certain nombre de points essentiels.
L'Etat concède les 200 000 hectares réclamés, accorde 60 millions d'euros pour la construction de deux collèges et un lycée. Le président de la CTG a obtenu un moratoire d'un an  sur le versement du RSA qui sera effectué en attendant par la CAF. Un plan hospitalier sera déposé au COPERMO le 28 mars et une mission va se pencher sur le projet de cession du CMCK. La construction de l'hôtel de police de Cayenne devrait démarrer en 2018. 50 millions d'euros vont être débloqués pour le doublement de la deux fois deux voies Cayenne-Kourou et un scanner sera installé à l'aéroport Félix Eboué pour lutter contre le trafic de drogue.

La PPE validée par Ségolène Royal

Ségolène Royal a aussi signé le décret relatif à la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) de la Guyane. Elle prévoit d'atteindre l'autonomie énergétique en 2030. D'ici 2023 les énergies renouvelables dépasseront le seuil de 85% dans la production de l'énergie électrique. Les nouveaux moyens de production et de renforcement de l'accès à l'électricité dans les communes de l'intérieur se feront par des énergies renouvelables.
Le développement de ces énergies renouvelables se feront par les filières biomasse, solaire et hydroélectricité. "Pour aller plus loin, la PPE prévoit des études sur l'évaluation du gisement et du mode de production de la biomasse pour la production électrique et l’évaluation du potentiel hydraulique sur la Mana et l’Approuague" indique le communiqué. Le solaire est inclus mais un tarif d'achat spécifique du photovoltaïque sera mis en place pour la Corse et les Outre-mer. Ce tarif va augmenter de plus de 35% pour la Guyane