Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

La prison de Guyane vue de l'intérieur...

Prison de Cayenne

C'est la deuxième fois en moins d'une semaine que le centre carcéral de la Guyane est victime de mutinerie. Que se passe-t-il à l'intérieur des murs de cette prison? Ces deux alertes ne seraient-elles pas le soubresaut d'un problème plus profond qui pourrait mettre le feu aux poudres?  

Frédéric Larzabal
Publié le , mis à jour le

Le milieu carcéral est un milieu méconnu du grand public. Imaginer la vie en prison se fait bien souvent au travers d'un prisme nourri par des légendes ou encore par nos propres fantasmes. Voilà maintenant plusieurs jours que le centre pénitencier de Guyane à Rémire-Montjoly est sous le feu des projecteurs. Tout a commencé par un mouvement social des gardiens de prisons pour se poursuivre par des mutineries de détenus.
La rédaction de Guyane1ère a reçu des photos prises à l'intérieur de l'enceinte de la prison par les prisonniers eux-mêmes. Ces différents clichés nous ont été livrés comme autant de témoignages de leurs conditions de vie, les détenus espérant ainsi attirer l'attention.

Ces deux photos montrent l'intérieur de l'enceinte encadrant la cours ainsi que les douches:

Prison de Cayenne
Prison de Cayenne


Les douches:

Prison de Cayenne
Prison de Cayenne

Ce jeudi 18 juin, la prison a connu un nouvel épisode de mutinerie, les prisonniers refusant d'intégrer leurs cellules. Des portes ont été brûlées et du matériel saccagé. Par cette action, les détenus ont de nouveau attiré l'attention, mais cette fois-ci ils avaient préparé un long courrier afin de traduire par des mots leur mal-être. En substance,  ils expliquent que la violence, les nombreuses bagarres voire les suicides sont dus aux conditions d'incarcération et au manque d'activité. Selon eux, l'intégration de console de jeux vidéos dans les cellules pourrait-être un grand pas pour stopper la violence. Le courrier parle aussi de la discrimination dont seraient victimes les prisonniers. Par exemple avec l'intégration volontaire dans les cellules de communautés différentes, favorisant ainsi les bagarres. Les conditions d'insalubrité représentent une grande part de cette lettre: manque de produits d'hygiène de base, manque de produits ménagers, draps changés toutes les trois semaines, etc.
L'alimentations aussi fait partie des doléances, les prisonniers expliquent que leur régime alimentaire est pauvre: sur les 14 repas de la semaine, 12 ont pour plat principal du riz.
Extrait de la lettre : " concernant l'infirmerie, quelque soit la demande (blessure, maladie, dentiste...) nous devons attendre 2 voire 3 semaines pour pouvoir consulter un médecin. Nous ne sommes pas des bêtes, nous sommes des être humains."...

Que pensez-vous de la nouvelle présentation des articles 1ère ?