Guyane : trois chanteurs du fleuve réalisent un clip contre l'orpaillage

clip contre la montagne d'or
© DR

Lors de sa mobilisation organisée à Cayenne, ce mercredi 20 septembre, contre le projet minier "La Montagne d’or", le collectif "Or de question" a diffusé sur écran géant le clip des chanteurs guyanais Rickman, Wayana Boy et Mr Den intitulé "Amazonie" . Un clip contre l'orpaillage en Guyane.

Caroline Marie
Publié le , mis à jour le

350 à 500 personnes réunies mercredi soir sur la Place des Palmistes à Cayenne ont pu découvrir le clip de trois chanteurs guyanais. "Amazonie" est désormais systématiquement diffusé lors des réunions d'information organisées par le collectif Or de question. 
Rickman, Wayana Boy et Mr Den, originaires tout trois des communautés du fleuve, reviennent dans cette chanson sur les ravages de l'orpaillage. Ils n’hésitent pas à dénoncer l'impact sur l'environnement, mais aussi la corruption et l’insécurité que l’on retrouve trop souvent dans le sillage des garimpéros.

Beaux paysages, articles de journaux et photos chocs de catastrophes minières composent ce clip tourné sur le Maroni. Un clip où l’on peut voir aussi toute la diversité des populations de ce territoire français d’Amérique latine. Regardez le clip ci-dessous :


Interview

Rickman répond aux questions de Caroline Marie. Agé de 32 ans, il est un Aluku, un boni né à Maripasoula, une ville du fleuve Maroni situé à l'Ouest de la Guyane. Rickman a commencé à chanté dans les sound systems en Guyane. Il a enregistré avec plusieurs chanteurs jamaïcains comme Konshens avec qui il a récemment fait deux titres "turbo wine" et "No oh". La musique traditionnelle bushinengue inspire également Rickman comme c'est le cas avec Amazonie où l'on retrouve deux rythmes du fleuve, l'Aléké et l'Awassa. 

La 1ere : "Pourquoi cette chanson "Amazonie" ?"
Rickman : C'est par rapport à l'orpaillage clandestin et industriel comme le projet de méga usine rebaptisé "la montagne d'or". Ce genre de projet, ça détruit la forêt, ça la pollue et ça fait d'énormes trous où les arbres ne repoussent plus. Ils déversent beaucoup de produits chimiques comme du cyanure qui infiltre le sous-sol et les nappes souterraines, après ces endroits deviennent toxiques autant pour les animaux que pour les êtres humains. 

La 1ere : "Vous ne faites pas confiance aux promoteurs de "La montagne d'or", un projet présenté comme respectueux de l'environnement ?"
Rickman : Non, je ne leur fais pas confiance. Quand il y a de l'argent à se faire, il y a toujours des arguments pour rassurer les gens mais la vérité, ce n'est pas ça. Ils vont venir pour l'argent. Ils vont détruire la forêt et ils vont partir avec l'or. Et nous, qu'est-ce-qu'on va gagner les Guyanais ? Pollution, déforestation : c'est tout ! Ils n'en n'ont rien à faire de la population. Même s'ils vont donner du travail, et après ? Tout sera pollué ! 

La Guyane pourrait proposer d'autres projets ! Il y a l'or vert, la forêt, le tourisme. Il y a d'autres choses à faire que des projets polluants. L'Amazonie, c'est le poumon de la terre mais à force de la détruire, on n'aura plus rien !*

La 1ere : Dans ce clip, Mr Den interpelle les anciens et ceux qui dirigent le fleuve. Il les accuse de corruption. Vous aussi ?
Rickman : Oui, il y a de la corruption. Au lieu de repousser les orpailleurs clandestins, certains négocient avec eux alors qu'ils polluent. Aujourd'hui, il y a beaucoup moins de poissons qu'avant.

La 1ere : Wayana boy parle de l'insécurité provoqué par les orpailleurs. Vous le constatez ?
Rickman : Oui, il y a de la violence et beaucoup d'insécurité. Tout ça c'est lié à l'orpaillage. 

*Une pétition contre le projet La Montagne d’or circule, elle enregistre à ce jour près de 189 000 signatures.

Débat public sur le projet de La Montagne d'Or

A partir de mars prochain et pendant 4 mois, le projet de mine controversé de la Montagne d'Or en Guyane fera l'objet d'un débat public. Il sera organisé par la Commission nationale du débat public, selon une décision de cette autorité publiée, mardi dernier, au Journal officiel.

La Commission nationale du débat public (CNDP), une autorité administrative indépendante, avait été saisie d'une demande de débat public sur ce projet par l'ONG France Nature Environnement (FNE). La CNDP a décidé de l'organisation d'un débat public qui se déroulera en Guyane et dont l'animation sera confiée à "une commission particulière" qu'elle désignera, selon une décision du 6 septembre publiée mardi au Journal officiel.

"Un dossier élaboré par le maître d'ouvrage en lien avec la commission particulière du débat public, répondant à l'ensemble des enjeux économiques, sociaux et environnementaux et accessible à tous, sera présenté à la CNDP avant l'ouverture du débat public", précise-t-elle.