Le jour n'est pas encore levé, lundi en Guyane, quand une patrouille de pirogues composée de militaires des forces armées de Guyane (FAG) et de deux gendarmes, effectue une mission sur le fleuve Mana (ouest guyanais)

Les militaires en état de légitime défense rispostent

La patrouille repère plusieurs embarcations suspectes d'être impliquées dans l'orpaillage illégal. "À 5h45, lundi, au moment où le contrôle des pirogues est opéré, l'une d'entre elles fonce délibérément vers les pirogues des forces Harpie", raconte jeudi après-midi le communiqué. Une pirogue des forces de l'ordre "est percutée de plein fouet et essuie dans le même temps un tir par arme à feu", poursuit le communiqué qui souligne que "cette agression, à l'encontre des forces Harpie, porte à neuf les prises à partie par armes à feu depuis le début de l'année".


Un homme interpellé 

Les militaires en état de légitime défense ont riposté et plusieurs pirogues soupçonnées d'être liées à l'orpaillage illégal profitent de l'assaut "pour s'échapper sur le fleuve en périphérie", a indiqué à l'AFP, une source au sein des forces de l'ordre. Plusieurs heures après l'incident, les forces de l'ordre ont interpellé un homme blessé sur la Mana.

Deux pirogues saisies 

Ils le soupçonnent d'être "au moins le pilote de la principale pirogue assaillante", indique une source proche de l'enquête qui précise qu'il a été touché par les tirs des militaires. Ramené à Cayenne mercredi soir, l'homme a été reconnu par des témoins (au sein des forces de l'ordre, ndlr), selon une source proche du dossier. Au terme de l'opération de lundi,  deux pirogues ont été saisies, selon la même source. "Quatre armes approvisionnées et armées dont 1 pistolet automatique, deux pirogues de 12 mètres, deux moteurs de 75 CV, un téléphone satellite, un motopompe et une petite quantité d'or", ont été saisis, selon le communiqué des autorités. De plus trois militaires des FAG  ont été "légèrement blessés au cours de l'accrochage", indique encore le communiqué.