Pour bien comprendre ce clin d'oeil littéraire, il faut d'abord savoir que, le Prix Guynemer est destiné à couronner un ouvrage littéraire de langue française dont la lecture fait naître, dans l’esprit du public, un sentiment favorable à l’aviation civile ou militaire. Le prix Guynemer est attribué tous les deux ans, pendant la période du salon du Bourget.
C'est dire le grand étonnement avec lequel Simon Hayot lui-même avait accueilli ce prix qui lui est décerné. Passionné d'aviation, ce pilote hors paire et grand aventurier de surcroît, a une mémoire riche des souvenirs de tous ces vols qui l'ont placé dans le sillage des grandes légendes de l'aviation dans la Caraïbes.
Ce sont ses souvenirs qui l'ont poussé à passer de la pensée à l'écrit pour partager avec ceux qui le voudront bien, quelques unes de ses meilleures aventures qu'il aura recomposées pour en faire un récit.
 
Mais quand il apprend que le jury du Prix Guynemer s'intéresse à son ouvrage, il est le premier surpris. Il est vrai que l'ouvrage se vend bien. Depuis sa parution ce ne sont pas moins de 10000 exemplaires qui ont été vendus, selon l'auteur. 
L'ouvrage parait sur la sphère nationale en Janvier 2015, mais c'est dés la fin de l'année 2014 qu'il éveille l'intérêt en Guadeloupe 
VOIR : Sommaire de l'Emission 7 Actu du 30 novembre 2014
Dés lors, l'ouvrage fait son petit bonhomme de chemin jusqu'à retenir l'attention du jury de Prix Guynemer. Une manière de reconnaître en cet ouvrage la vocation que les créateurs du prix lui ont donné : "un ouvrage littéraire de langue française dont la lecture fait naître, dans l’esprit du public, un sentiment favorable à l’aviation civile ou militaire."
En recevant ce jeudi matin le Prix Guynemer, Simon Hayot est aussi devenu le seul auteur antillais à avoir été primé au cours de cette année. 

VOIR : 
SIMON HAYOT PILOTE ET ECRIVAIN

Le DC3 Mike Bravo de Simon Hayot survolant la rade de Pointe-à-Pitre. Simon Hayot