« Darboussier au cœur des migrations »

Exposition Darbousier au MACTe
© MACTe

L'exposition est de retour au Mémorial Acte. le MACTe propose aux Guadeloupéens comme aux touristes, de découvrir ou de mieux connaître la société guadeloupéenne à travers l’histoire de l’Usine Darboussier.

FJO avec Marine Bastareaud Publié le

Le Centre caribéen d’expression et de mémoire de la traite et de l’esclavage a été bâti sur les ruines de cette mythique usine de production de sucre. De Darboursier, Jacques Martial, Président du MACTe dit : " Darboussier. La seule évocation de ce nom fait remonter à la mémoire de nombre de nos aînés un flot de souvenirs. Darboussier. Une page de notre histoire contemporaine. Darboussier. Le temps d’après, celui de l’immigration post-esclavagiste.
Alors que la production sucrière s’industrialise en cette seconde moitié du 19ème siècle, planteurs et usiniers font appel à de la main d’œuvre étrangère pour remplacer celle servile des esclaves nouvellement libérés.
Et Darboussier, de simple habitation au XVIIIe siècle, de devenir la plus importante usine sucrière des Petites Antilles. Un modèle dans la nouvelle ère des sociétés industrielles à l’origine d’un formidable mouvement de populations à l’échelle du monde.

Darbousier
© MACTe
Inde, Syrie, Liban, Italie, Madère, Cap-Vert, Congo, Gabon, Chine, Indochine, Palestine, Japon, etc., des dizaines de milliers de femmes et d’hommes, travailleurs, engagés, ayant signé contrat, vendent ainsi leur force de travail à ces nouvelles entreprises dont Darboussier représente le modèle. Tentant de se créer une vie meilleure, au côté et à l’instar des anciens esclaves, ces dizaines de milliers de personnes vont faire souche et offrir à la Guadeloupe d’aujourd’hui son plus beau visage, celui de notre diversité" .

Entendre : Thierry Létan, Commissaire de l'Exposition, directeur scientifique et culturel du MACTe

Thierry Létan,MACTe

Une exposition visiblejusqu’au 3 septembre prochain tout public.
Darbousier MACTe
© MACTe