Le débat sur le projet de loi hydrocarbures a commencé cette semaine à l’Assemblée nationale. L’article phare concernant la fin de la production en France d’ici 2040 a été votée en première lecture. Ce projet de loi est toutefois très symbolique car la France n’a produit que 815 000 tonnes de pétrole l’an dernier, ce qui ne couvre qu’1% de sa propre consommation.

La Guyane et ses voisins

En revanche pour la Guyane qui est entourée de pays (Guyana, Brésil, Suriname) où de nombreux gisements ont été récemment découverts, les conséquences sont très concrètes. La1ere a demandé son avis à un expert du secteur pétrolier, Francis Perrin, chercheur associé à l'OCP Policy Center (Rabat) et directeur de recherche à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS, Paris).

La1ère : la fin des hydrocarbures d’ici 2040, qu’est-ce que cela signifie concrètement pour la Guyane ?
Francis Perrin : si la loi est votée, ce qui ne fait guère de doute, la Guyane ne pourra plus exploiter de pétrole après 2040, ni accorder de nouveaux permis d’exploration. Or en 2000, la loi d’orientation des Outre-mer avait pourtant prévu le transfert de la compétence à la Guyane pour développer et renouveler les titre miniers en mer. Les gouvernements ont traîné les pieds. En 2014 et en 2016, le conseil d’Etat a rappelé à l’ordre le gouvernement, sans succès. Il fallait un décret d’application qui n’a toujours pas été signé.

Si les gouvernements précédents avaient respecté la loi, la collectivité territoriale de Guyane aurait eu la possibilité de renouveler le permis de Total. Elle aurait aussi pu accorder des permis à d’autres compagnies pétrolières. Cela fait 17 ans que l’on balade la Guyane ! Même si Nicolas Hulot a indiqué hier (le 4 octobre 2017) que la compétence serait transférée, je vois mal comment la collectivité de Guyane pourrait accorder d’autres permis d’exploration pétrolière avec la loi hydrocarbures. 

Toutefois, le ministre de la Transition écologique a quand même prolongé le permis d’exploration de Total. En tant qu’écologiste, il aurait pu en décider autrement...
Il aurait pu le tenter, mais cela n’aurait pas été légal. Et puis cela aurait donné une mauvaise image de l’Etat français aux investisseurs dans tous les domaines. Nicolas Hulot veut la fin de la production des hydrocarbures d’ici 2040, mais le permis Guyane Maritime  a été légalement accordé à un consortium pétrolier et d’après la loi en vigueur ce consortium (réduit aujourd’hui au groupe français Total) a le droit de demander la prolongation.

Le ministre de la Transition écologique a voulu dans ce dossier éviter d’être traîné devant les tribunaux par des compagnies pétrolières. Il y a l’aspect financier, toujours désagréable en période de difficultés budgétaires, mais il y a surtout l’image de marque de la France face aux investisseurs.

Que va-t-il se passer maintenant si Total trouve du pétrole dans ce contexte de fin de la production des hydrocarbures en France ?
Si Total trouve du pétrole et surtout s’il y en a suffisamment pour que la production soit rentable, la compagnie pourra l’exploiter. Elle devrait le savoir d’ici à 2020. L’entrée en production pourrait débuter en 2024-2025.

On sait qu’il y a du pétrole depuis 2011 dans cette zone, de manière sûre. Ce n’est pas de la science-fiction. Mais il faut trouver des réserves importantes pour assurer une rentabilité, d’autant plus qu’on est en mer profonde avec des coûts de production très lourds. Total est une société privée et vise avant tout une exploitation rentable.

Hier à l’Assemblée nationale, le projet de loi hydrocarbures a fait l'objet d'un amendement gouvernemental qui a été voté qui stipule que Les concessions prendront fin en 2040 "sauf dans un seul cas bien précis: si l'industriel peut prouver que cela ne couvre pas les frais engagés". Est-ce que cela concerne le permis Guyane maritime ?
Si Total trouve du pétrole comme je viens de vous le dire et que c’est rentable, la compagnie le saura assez vite. Certes cela ne se fait pas en trois jours, mais en deux-trois ans, Total saura si la production pourra se faire ou pas. Cela fait partie des procédés bien connus de l’industrie pétrolière mondiale. Ainsi si la production débute autour de 2024-2025, en 15 ans d'exploitation, je ne vois pas comment cela ne serait pas rentable.

Si Exxon Mobil a trouvé du pétrole au Guyana, que Total investit au Brésil, la région semble très riche en pétrole et donc prometteuse ?
Il est certain que la région sur le plan géologique est riche en pétrole, avec des quantités importantes. Nous ne sommes pas loin du Venezuela, premier détenteur de réserves pétrolières au monde devant l’Arabie Saoudite. Nous ne sommes pas loin du Brésil, puissance montante dans ce secteur. Au Guyana, le groupe américain Exxon Mobil a fait des découvertes importantes. Nous parlons d’une estimation de 2 à 3 milliards de barils de pétrole (120 000 baril par jour).

La production devrait intervenir à partir de 2020 en mer profonde. La première compagnie mondiale pétrolière (Exxon Mobil) va investir 4,4 milliards de dollars pour développer cette découverte. Ce n’est pas un petit gisement ! Il y a aussi de l’exploration au large du Suriname avec Exxon Mobil et la compagnie Tullow oil. Cela incite donc Total à poursuivre la recherche au large de la Guyane, mais cela ne veut pas dire que c’est une garantie de succès pour la compagnie française.