Les familles monoparentales

les familles monoparentales
Caroline Marie

En Outre-mer, selon les territoires 20 à 50 % des familles sont monoparentales.
Pour beaucoup des femmes qui s'occupent seules de leurs enfants. Elles sont les premières victimes du chômage, de la pauvreté et du surendettement. La fondation "K d'urgence" leur vient en aide.

Les situations familliales ne sont pas identiques que l’on soit dans la Caraïbe, en Guyane ou dans l’Océan Indien. 
Aux Antilles, les familles monoparentales sont aussi nombreuses que les couples avec enfants. En revanche, à la Réunion et en Guyane, la parentalité est plus une affaire de couple. En métropole, c'est un quart des familles qui est concerné mais les chiffres augmentent de façon conséquente depuis 40 ans. Un phénomène probablement favorisé par l’évolution des mentalités mais aussi la reconnaissance de ces familles et le développement des aides financières à destination des mères célibataires. 
En Outre-mer, on constate toutefois que la monoparentalité se répète souvent de génération en génération. Les mères célibataires ont pour beaucoup vécu seules avec l’un de leur parent jusqu’à l’âge de 15 ans. 
En Martinique, 30 % des familles monoparentales n’est pas une structure évolutive. Les enfants sont élevés par leur mère qui reste célibataire.
Ces mères sont toutefois pour la plupart moins diplômées, jeunes et au chomage. Les enfants de ces familles sont trois fois plus pauvres que ceux des familles en couple. 

Même si un certain nombre d'aides financières ont été mises en place, ces femmes sont précaires et souvent démunies. Pour les aider, Christine Kelly a décidé de créer une fondation "K d'urgence" qui leur vient en aide.
Christine Kelly est notre invitée. Journaliste, ancienne membre du CSA, elle s'occupe bénévolement de cette fondation.