Sexualité : les conseils pour une bonne santé sexuelle [Transversale santé]

Sexualité illustration
Martin Baumer

Être épanoui sexuellement serait une condition essentielle à notre bonne santé globale. Des troubles sexuels peuvent également être annonciateurs de problèmes plus importants. Il faut donc prendre soin de sa sexualité. Voici les conseils de Catherine Solano dans l’émission Transversale Santé.

La santé sexuelle est perçue par l’Organisation mondiale de la santé comme essentielle dans la vie des êtres humains. L’OMS en parle comme d’un « état de bien-être physique, émotionnel, mental et social associé à la sexualité. » Il ne s’agit pas seulement de prendre en compte les maladies et infections sexuellement transmissibles, ni seulement le bon fonctionnement sexuel. « Ce n’est pas seulement avoir des problèmes d’érection ou d’éjaculation, explique Catherine Solano, médecin sexologue et chroniqueuse pour Transversale Santé. C’est plus large : ça englobe la contraception, la fertilité, notamment masculine, la mortalité maternelle, les violences faites aux femmes… »
 
Si l’OMS a hissé la santé sexuelle au rang de priorité, c’est parce qu’elle peut être annonciatrice de bien d’autres choses. « On peut, par problèmes sexuels, avoir des syndromes dépressifs, ça a des conséquences si on ne va pas bien de ce côté-là » commente le Dr Emmanuelle Thore, responsable du Centre d'Education et Prévention Santé, un centre de santé sexuel rattaché à l’hôpital Gabriel Martin, à Saint-Paul, à La Réunion. « Par exemple, ajoute le Dr Solano, quand un homme de plus de 50 ans a des problèmes d’érection, on doit lui faire un bilan cardiovasculaire. Car ça veut dire que ses artères sont peut-être abimées et qu’il risque de faire un infarctus ou un AVC dans les deux ou trois ans. »
 

Quelques conseils

 Du coup, pour une bonne santé sexuelle, Catherine Solano livre quelques conseils. « Tout d’abord, il faut éviter de fumer, assure-t-elle. Les fumeurs ont deux fois plus de difficultés sexuelles que les non-fumeurs. » La statistique est impressionnante : en moyenne, un non-fumeur estime sa satisfaction sexuelle à 9 sur 10, contre seulement 5 sur 10 pour les gros fumeurs. « Ensuite, il faut pratiquer de l’exercice physique, poursuit la sexologue. Les hommes qui dépensent 3 000 Kcal par semaine ont 82 % de risque en moins d’avoir des troubles de l’érection » (1 000 Kcal = 3h de marche, 1h30 de vélo ou 1h de course à pieds). « Bien sûr, il faut aussi éviter le surpoids. Le fait de mincir quand on est en surpoids améliore la fonction sexuelle. » Enfin, pour un couple, le conseil de Catherine Solano est simple : « Le meilleur conseil, c’est de pratiquer régulièrement. Même quand on a quelques tensions, il faut persévérer, ne serait-ce que pour garder un lien émotionnel positif et entraîner notre corps à fonctionner dans le plaisir. »
 
Vous pouvez revoir l’émission Transversale Santé consacrée à la santé sexuelle avec comme invitées les sexologues Catherine Solano et, depuis La Réunion, Emmanuelle Thore.