Greffes d'organes : en outre-mer, on ne peut être transplanté que du rein

greffes reins
© Polynesie1ere
Tessa Grauman

La Polynésie, la Réunion et la Guadeloupe sont les seuls endroits en outre-mer où l'on réalise des greffes du rein. En revanche les prélèvements de rein sont réalisés pratiquement partout.

Dans les collectivités d'outre-mer le nombre d'habitants est insuffisant pour assurer des transplantations d'organes, tels que le foie, le poumon, le coeur ou le pancréas. Il n'y a pas assez de donneurs et les organes ne sont pas forcément compatibles. Les malades doivent donc s'expatrier en métropole, en Australie ou parfois en Nouvelle Zélande et attendre qu'un organe soit disponible pour eux.

En revanche les greffes du rein sont possibles à la Réunion, en Guadeloupe et depuis peu en Polynésie, car un don du rein d'une personne décédée peut bénéficier à deux malades. De plus le rein est un organe qui peut se conserver jusqu'à 36 heures une fois prélevé sur le corps d'un homme en état de mort cérébral. Un délai suffisamment long pour permettre l'acheminement du rein depuis une ville de l'hexagone jusqu'à à Pointe-à-Pitre ou Saint-Denis de la Réunion, où il sera alors transplanté sur le ou les malades.
 
Les invités de l'émission Transversale Santé consacré aux greffes et dons d'organes:
Docteur Patrice Guerrini, coordinateur Antilles Guyane à l’agence de la biomédecine (établissement en charge de l’organisation des prélèvements et greffes d'organes en France)
Docteur Marie-Pierre Cresta, responsable de l’agence de la biomédecine à la Réunion
 
Avec le témoignage d’Eric Abidal, footballeur martiniquais sauvé d’un cancer grâce à une greffe du foie.
 
Une émission animée par Tessa Grauman avec la participation du docteur Satherine Solano.