L'aérien low-cost arrive Outre-mer

avion illustration
© DR
Sébastien Letard

Longtemps réservé aux vols cours et moyen courrier, le transport aérien low-cost pourrait bientôt concerner les Outre-mer. Plusieurs compagnies se lancent dans le développement de ce secteur. La dernière en date : la Sun Line du groupe Dubreuil annonce ses premiers vols à bas coût pour la mi-2016. 

Les compagnies low-cost ont bouleversé le secteur de l’aérien depuis une quinzaine d’années. Ne cessant de grignoter des parts de marché aux compagnies historiques, Ryan Air ou Easyjet sont devenues leaders en Europe. Air Asia a fait de même en Asie. Mais jusqu’ici, les longs courriers et donc l’Outre-mer n’ont été que peu touchés par l’arrivée de ces compagnies à bas coûts.
 
Mais l'année 2015 a peut-être marqué un tournant. Après l’arrivée de la filiale low-cost de Lufthansa, Eurowings qui propose des vols à partir de 229 euros entre l'Europe et la Caraïbe, c'est Norwegian Air qui fait son entrée. La compagnie low-cost a ouvert en décembre 2015, des vols entre les Antilles et trois villes américaines avec des aller-retour proposés autour de 200 euros.
 

Baisser les coûts

Alors que les compagnies étrangères se rapprochent du pré-carré ultramarin, la réponse de leurs concurrentes françaises se fait attendre. Air-France a suscité l’un des plus vastes mouvements sociaux de son histoire en dévoilant son projet de compagnie longs courrier à bas-coûts. A La Réunion, le lancement d’une compagnie low-cost reliant Pierrefonds à Mayotte et Paris semble au point mort. Seul le groupe Dubreuil maintient son projet de filiale low-cost. Les premiers vols sont prévus pour juillet 2016. Mais Marc Rochet, le président du directoire d'Air Caraïbes garde pour l'instant le mystère sur les destinations qui seront desservies. Quant aux prix, ils devront être "au moins 10% moins cher" que sur des vols classiques. 

Mais comment faire pour baisser les prix ? D'abord en travaillant davantage. Le groupe Dubreuil, propriétaire d'Air Caraïbes milite depuis longtemps pour la transcription en Droit français d'une directive européenne. Elle permet aux personnels navigants de travailler davantage chaque année. Deuxième poste de réduction des coûts : les avions. Des appareils plus récents consomment moins de carburants. Ils comporteront aussi plus de sièges. Enfin davantage de prestations à bord seront payantes. Mais le repas, le premier bagage, la vidéo ou le wifi seront inclus dans le prix de base. Regardez Transversale Conso présenté par Sébastien Letard :