Internet, téléphonie : les Outre-mer (dé)connectés

coupure internet nc
Sébastien Letard

Des connexions Internet qui pêchent pour des prix très élevés. Un déploiement de la 4G pas encore entamé. En matière de télécommunications, les Outre-mer sont souvent à la traîne. Mais pas question pour l'ARCEP de renforcer la règlementation. Son président prône la concurrence. 

Dans sa dernière étude sur le coût de la vie Outre-mer, l'INSEE soulignait un très net surcout des tarifs des télécommunications Outre-mer. A la Réunion, les forfaits mobiles sont en moyenne plus chers de 20% que dans l'hexagone. Ils sont 60 % plus chers aux Antilles-Guyane. Dans l'hexagone, l'arrivée de Free a entrainé une guerre des prix qui a fait baisser les tarifs de manière globale. Outre-mer, ce sont toujours les opérateurs historiques qui assurent l'essentiel du marché. 


Un marché bientôt bouleversé ? 

Mais la situation pourrait changer avec le déploiement de la 4G prévu avant la fin de l'année dans les 5 DOM, à Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Les opérateurs avaient jusqu'au 10 mai pour déposer leurs dossiers de candidature auprès de l'ARCEP, l'Autorité de Régulation des Télécommunications Electroniques et des Postes. Et parmi les candidats figurent de nouveaux entrants, à commencer par Free.
Après avoir chamboulé le marché des télécoms dans l'hexagone, la filiale du groupe Iliad annonce dans un communiqué vouloir proposer Outre-mer "des offres simples, innovantes et à des prix attractifs" en "mettant fin aux discriminations tarifaires qui existent aujourd'hui en Outre-mer et que rien ne justifie". L'ARCEP n'a pas encore rendu public la listes des 4 opérateurs retenus pour chacun des territoires - il y a 6 candidats aux Antilles et en Guyane. Mais Free s'est déjà offert un joli coup de pub. 

L'ARCEP opposée à la suppression des frais de roaming

Pour faire baisser les prix, le président de l'ARCEP, Sébastien Soriana mise en effet sur la concurence plutôt que sur la règlementation. L'Autorité a par exemple prononcé un avis défavorable sur la suppression anticipée des frais de roaming entre les Outre-mer et l'Hexagone. "Nous sommes favorables à une suppression à terme", explique Sébastien Soriano. "Pour autant, il faut faire attention de ne pas promettre de raser gratis, sans avoir créer les conditions qui permettront cette baisse des frais d'itinérance".

En clair, l'ARCEP aurait préféré s'en tenir au calendrier européen qui prévoit une disparition des frais de roaming en 2017, une fois les conditions négociées entre les opérateurs. Aujourd'hui, chacun refacture aux autres l'utilisation de son réseau. L'ARCEP redoute donc que cette la disparition des frais de roaming payés par les clients ne menace les opérateurs les plus fragiles, alors que de gros investissements sont à prévoir dans la modernisation des réseaux ou le déploiement de la 4G. Par ailleurs, dans un avis de janvier 2016, l'autorité s'inquiétait de la possibilité pour des clients ultramarins de souscrire un abonnement dans l'hexagone pour l'utiliser Outre-mer. Les réseaux ultramarins ne seraient ainsi plus financés. 

ECOUTEZ l'intégrale de l'émission Transversale Conso 

transversale conso 110516


Finalement, après des semaines de tergiversations, les sénateurs ne sont pas revenus sur cette suppression au 1er mai des frais d'itinérance. Des limites seront cependant mises en place pour garantir une "utilisation raisonnable", pas plus de X jours par an. "Nous avons commencé à faire des contrôles pour vérifier que la loi est bien appliquée, annonce le gendarme des télécoms. (Ils) sont encore en cours mais les principales offres des opérateurs domiens sont a priori conformes."
 

La fibre se déploie

Concernant les connection fixes, la situation n'est pas meilleure. En mars, l'INSEE relevait des tarifs supérieurs de 40% dans les DOM par rapport à l'hexagone. Alors que la qualité du réseau peut être de 2 à 15 fois inférieures par endroit, la fibre pourrait apporter la solution. Mais là aussi, les investissements sont colossaux. Plusieurs centaines de millions d'euros ces prochaines années pour financer les cables sous-marin et le déploiement dans chaque quartier. Des dispositifs d'aide ont donc été mis en place par les collectivités et l'Etat explique Sébastien Soriano : "Il y a un surcout structurel Outre-mer. Dans le cadre du plan France Très Haut débit, le gouvernement travaille à la possibilité d'une forme de subvention pour faire baisser le prix de cette connectivité sous-marine". 
Dans pratiquement chaque territoire, un plan d'installation de la fibre a été mis en place et engagé sur plusieurs années. Mais aujourd'hui, seuls les Réunionnais peuvent souscrire à un abonnement aussi performant que dans l'hexagone, autour de 1Gbits/sec. Et pour cela, il faut sortir le porte-monnaie. L'abbonnement est proposé à 100€/mois chez Zéop contre 30 à 40€/mois pour les opérateurs hexagonaux. 

Transversale Conso avec :

Sébastien Soriano, le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes
 

Une émission animée par Sebastien Letard

Réalisation : Nicolas Palcossian

Responsable de la collection Transversales : Gladys Say


A lire : 
Baromètre des connexions Internet fixes dans les départements d’outre-mer