Panama: les Antillais du Canal (reportage audio)

Cimetière au canal de Panama
© Caroline Marie | le cimetière français de Paraiso
Jean-Marie Chazeau

Le Canal de Panama achève de fêter son centenaire... Le gigantesque chantier du percement d'un continent entre deux océans aura vu la mort de milliers de Martiniquais et de Guadeloupéens. Les descendants des survivants sont toujours là...

Le canal de Panama est l’un des projets d’ingénierie les plus difficiles jamais entrepris. Les maladies, le climat chaud et humide, la faune et surtout le relief du pays ont rendu l’ouvrage extrêmement compliqué à réaliser. Il a fallu 34 ans pour creuser les quelques 77 km de ce chenal qui traversent le pays de part en part. Inauguré le 15 août 1914, le Canal a tout de suite eu un impact considérable sur le commerce maritime. Le canal permet aux bateaux d’éviter le Cap Horn en reliant le Pacifique à l’Atlantique via la mer des Caraïbes.

Arrivés massivement dès la fin du XIXe siècle et plus encore en 1902 après l’éruption de la montagne Pelée, les Antillais ont joué un rôle de premier plan. Un rôle qu’ils ont payé cher puisqu’on estime à 22 000 le nombre de Martiniquais et de Guadeloupéens décédés sur le sol panaméen pendant les travaux. Décimés par les maladies ou les accidents, les rescapés de cette folle aventure se sont installés dans ce pays d’Amérique centrale. Malgré l’éloignement et le temps, ces Antillais du Panama ont tenu à entretenir la mémoire de leur origine et à transmettre leur Histoire à leurs descendants, que Caroline Marie a rencontrés. Son reportage est à écouter par ici.