L'intérêt général et moi (2016) de Sophie Metrich et Julien Milanesi

L'intérêt général et moi
Jean-Marie Chazeau

Après les succès de Merci Patron et de Demain, sort dans les salles un nouveau film militant, qui pose la question des grands travaux lancés en France et qui ont soulevé des vagues de contestations... et qui ont aussi un écho outre-mer.

Expropriations pour laisser passer une autoroute, une nouvelle ligne de TGV ou faire la place à un nouvel aéroport… Au nom de l’intérêt général on bouscule bien des paysages et des équilibres naturels et humains. Mais la façon dont les décisions sont prises, les arguments avancés, sont-ils vraiment démocratiques ?
C’est toute la question que pose le documentaire de Sophie Metrich et Julien Milanesi dans « L’intérêt général et moi ».
Ils se sont appuyés sur trois exemples concrets : Notre dame des Landes à Nantes, l’ A65 entre Langon et Pau, et la LGV ligne à Grande Vitesse Paris-Bordeaux.
On pourrait imaginer une autre enquête, menée sur le même thème outre-mer, entre le projet pharaonique de la nouvelle route du littoral à La Réunion (après la route des Tamarins) et le barrage de Petit Saut en Guyane, en passant par les usines de nickel en Nouvelle-Calédonie ou le creusement des grands ports de Martinique et de Guadeloupe. L’emploi, l’activité économique, la rentabilité sont mis en balance au nom de l’intérêt général, parfois aux dépens de toute étude sérieuse d’alternatives qui ne demanderaient qu’à être défendues…