« Le Sacre du printemps » en version hip-hop, avec la danseuse martiniquaise Clémentine Nirennold

"Le Sacre du pintemps" en version hip-hop, avec la danseuse martiniquaise Clémentine Nirennold
© Stéphane Tasse | Clémentine Nirennold, au centre, et les sept autres danseurs de "In bloom, un Sacre du printemps"
Julie Straboni

La Compagnie Chute libre vient de donner la première représentation de sa création 2016 baptisée "In bloom, un Sacre du printemps" : une version hip-hop, calquée sur une musique prévue originellement pour les Ballets russes.

Nombre de troupes ont livré leur interprétation du "Sacre du printemps", une œuvre musicale et chorégraphique puissante. Un monument revisité ici par plusieurs générations de danseurs hip-hop et contemporains, et parmi eux la jeune martiniquaise Clémentine Nirennold. A 21 ans, elle a commencé par la gymnastique, le modern jazz, puis est venu au hip-hop il y a une dizaine d'années.
La benjamine de la troupe a gagné plusieurs battles dans sa spécialité, la house dance, mais préfère aujourd'hui s'immerger dans des projets au long cours comme ceux des compagnies Chute libre et Arentan. Dans ce projet In bloom, un Sacre du printemps, huit danseurs proposent l'interprétation urbaine de deux chorégraphes, Annabelle Loiseau et Pierre Bolo. Clémentine, elle, espère se produire un jour outre-mer avec ses partenaires du groupe Havoc ladies.