"The birth of a Nation" : la revanche des esclaves

Birth of a Nation
© 2Oth Century Fox
Jean-Marie Chazeau

Très remarqué aux Etats-Unis, dirigé et jouée par l’Afro américain Nate Parker, voici l’histoire d’une révolte d’esclaves aux Etats-Unis, film coup de poing mais qui n'est pas toujours à la hauteur des plus brillantes réalisations sur ce sujet ces dernières années. 

Nous sommes dans le sud des Etats-Unis, trente ans avant la guerre de Sécession, au milieu des champs de coton et des belles propriétés blanches qui abritent plus ou moins mal des familles d’esclaves déportés d’Afrique… Un petit garçon va y apprendre à lire, jusqu’à devenir un prêcheur réputé. Ce qui va lui permettre de duper les maîtres de toute la région, qui attendent de lui qu’il fasse rentrer leurs propres esclaves dans le rang.  

La bande annonce du film :


Choix radical 

Le film alterne scènes paisibles et atrocités, nécessaires pour comprendre la douleur et le vent de révolte qui va se lever. Et c’est au sein de la famille blanche la plus éclairée que va naître un grand déchaînement de violence… Aucun espoir du côté des Blancs finalement, c’est sur le fond un choix radical du scénario qui ajoute au malaise…
Le prêcheur s’appelle Nat Turner, son histoire, véridique, n’avait jamais été portée à l’écran… C’est l’une des qualités de ce film, très bien réalisé, et parfaitement incarné par celui qui en est aussi son réalisateur : Nate Parker, dans le rôle du jeune leader charismatique.
Mais après le brûlant Twelve years a slave de Steve MacQueen, ou le très jouissif Django unchained de Quentin Tarantino, ce Birth of a Nation apparait bien académique et bien peu audacieux sur un plan cinématographique, jusque dans le choix très classique de ses illustrations musicales.
On peut pourtant le voir comme un pendant bienvenu au film de Griffith, Naissance d’une nation, classique du temps du muet, qui faisait, lui,  l’apologie du Ku Klux Klan…

Polémique

La sortie américaine du film l'an dernier a été perturbée par une polémique sur une affaire remontée à la surface : Nate Parker avait été acquitté en 2001 du viol d'une étudiante... qui s'est suicidé l'été dernier, ses proches évoquant des séquelles de ce viol. C'était la fin des espoirs pour Birth of a Nation de participer à la course aux Oscars. Pourant, l'acteur Casey Affleck vient d'être récompensé d'un Golden Globe pour son rôle (magnifique) dans Manchester by the sea, malgré les accusations de harcèlement sexuel de la part d'une productrice et d'une directrice de la photo d'un docu-fiction qu'il avait réalisé en 2010. Casey Affleck a toujours nié en bloc, mais engagé une redoutable avocate, et l'affaire n'a pas entravé sa carrière. De quoi constater qu'être un homme blanc aux Etats-Unis aujourd'hui donne d'avantage de secondes chances...