Elysée 2017, le journal

Présentation en alternance par Jean-Marie Chazeau et Edwige Saint-Thomas. 

Elysée 2017, le journal

Alliances et affaires

Christiane Taubira
© CITIZENSIDE / Yann KORBI / Citizenside

François Bayrou dit non à une candidature, mais oui à une alliance sous conditions avec Emmanuel Macron. Le Front National au cœur des affaires. L’emploi local d’abord pour une présidente guadeloupéenne..

Edwige Saint-Thomas
Publié le , mis à jour le

Bayrou préfère choisir Macron

François Bayrou et Emmanuel Macron ont rendez-vous aujourd’hui pour finaliser leur alliance pour la présidentielle. Le président du MoDem a finalement décidé de ne pas se présenter. Il l’a annoncé hier à la presse. Avec dans la foulée une offre de rapprochement sous conditions, proposée à Emmanuel Macron. Parmi ses exigences figure une loi de moralisation de la vie publique, et un appel implicite à un mode de scrutin à la proportionnelle. Des propositions acceptées par le leader du mouvement En Marche ! : "Elles étaient claires et elles correspondaient tout à fait à ce que nous voulions porter sur le fond (…). Je pense que c’est un véritable tournant et la fin d’un certain clivage" a déclaré Emmanuel Macron.

Christiane Taubira n’est pas convaincue

Pour l’ancienne ministre de la justice, soutien de Benoît Hamon, cette alliance est la preuve qu’Emmanuel Macron n’a pas un programme clairement défini : "Le centre n’étant nulle part, il peut se retrouver là" a-t-elle affirmé hier sur France 5. "Il ne donne pas de situation politique claire sur ses choix, son analyse de la société, les propositions qu’il en ferait" poursuit-elle.
Et preuve que le torchon brûle entre la Guyanaise Christiane Taubira et l’ancien ministre de l’économie, l'ancienne garde des Sceaux a répondu dans les colonnes du journal Le Monde aux propos d'Emmanuel Macron, qui estimait qu'on avait "humilié" les opposants au mariage pour tous : "Qui a été humilié? Celle qu’on traitait de guenon tous les matins? Celle qui recevait des menaces de mort? Celle sur qui on lançait des œufs?" s’interroge la Guyanaise.
 

Le Front National et ses affaires.

L’étau semble se resserrer autour du parti d’extrême droite. Une proche de Marine Le Pen a été mise en examen hier dans l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs au parlement européen. Il s’agit de sa chef de cabinet, Catherine Griset poursuivie pour recel d'abus de confiance. Hier sur TF1 la présidente du Front Nationale a tout simplement remis en cause « l’impartialité et l’indépendance » de la justice dans cette affaire. "La justice ne doit pas venir perturber la campagne présidentielle, car c’est un moment démocratique fondamental pour notre pays" a-t-elle conclu.
 

La priorité à l’emploi local

Si Yasmyn Camier, cette guadeloupéenne de 29 ans créatrice du site "Talan an nou" accédait à la plus haute fonction de l’Etat, elle favoriserait l’emploi local. C’est notre séquence "Moi président".

Yasmin Camier

interrogée par Tessa Grauman