Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Deux ans avec sursis pour l'ex-assistante parlementaire du député de Mayotte, Boinali Saïd

Assemblée nationale
© BERTRAND GUAY / AFP

Fatoumata Koïta a été condamnée pour avoir utilisé les moyens de paiement du député de Mayotte Boinali Saïd pour des achats personnels. L'assistante parlementaire avait dépensé 13 000 euros en vêtements et cosmétiques en puisant dans les fonds privés et publics du député.

La1ere.fr Publié le , mis à jour le

Conseillère départementale socialiste de l'Essonne, ex-quatrième adjointe de la ville d'Evry,  Fatoumata Koïta a plaidé coupable.  Celle qui était également assistante parlementaire du député de la première circonscription de Mayotte, Boinali Saïd l'a rapidement remboursé des 13 000 euros qu'elle lui avait subtilisés en plusieurs fois, lorsqu'elle travaillait encore à ses côtés.
 
Condamnée fin février à deux mois de prison avec sursis pour ces faits, Fatoumata Koïta ne verra pourtant pas cette condamnation inscrite sur son casier judiciaire. Une mesure qui devrait lui permettre de faciliter sa réinsertion dans le monde du travail.

De l'argent public pour faire les magasins

C'est le site Mediapart qui a révélé, en mars 2016, que la jeune femme était au cœur d'une enquête pour détournement de fonds publics. En 2014, alors que la jeune femme travaille aux cotés de Boinali Saïd, elle lui subtilise une carte bleue et plusieurs chèques. Avec cet argent, issu des comptes personnels du député mais également des fonds publics, alimentés par l'Assemblée nationale, elle s'offre des vêtements et des cosmétiques, dans des boutiques et sur Internet.
 

"Je n'avais pas de soupçons"

Au total, ce sont 13 000 euros que Fatoumata Koïta a ainsi ponctionné. Fin 2014, Boinali Saïd, constatant ces dépenses sur ses relevés a porté plainte. "Mon assistante avait accès à mon bureau, c'est normal, je n'avais pas de soupçons, c'est un travail basé sur la confiance", expliquait-il alors auprès de l'AFP. 
Licenciée par Boinali Saïd, Fatoumata Koïta également depuis été démise de ses fonctions au Conseil municipal d'Evry.
 

Que pensez-vous de la nouvelle présentation des articles 1ère ?