Le député de La Réunion Thierry Robert rappelé à l’ordre par l’Assemblée nationale

Le député réunionnais Thierry Robert interpelle le gouvernement sur les carburants
© Capture d'image / Site de l'Assemblée Nationale | Thierry Robert, député-maire de Saint-Leu

Thierry Robert a été rappelé à l'ordre par le président de l'Assemblée nationale pour l'utilisation de son statut de député dans le cadre d'activités privées. François de Rugy en a pris la décision après avoir consulté dans la matinée le bureau de l'Assemblée, sa plus haute instance collégiale.

La1ère.fr avec AFP Publié le , mis à jour le

Thierry Robert (MODEM) ne s’est pas "conformé aux recommandations de la déontologue (de l'Assemblée, ndlr) en retirant les publications qui créaient une confusion entre l'exercice de son mandat politique et des intérêts privés", a précisé la présidence de l'Assemblée dans un communiqué. 

Publicité en tant que député

Thierry Robert, élu de La Réunion, a fait la publicité d'une de ses sociétés immobilières sur son compte Facebook où il s'affiche député. Le règlement de l'Assemblée nationale prévoit qu'"il est interdit à tout député" d'"exciper ou de laisser user de sa qualité dans des entreprises financières, industrielles ou commerciales" et "d'une façon générale, d'user de son titre pour d'autres motifs que pour l'exercice de son mandat".

Peines disciplinaires

En cas de manquement, les députés s'exposent à des peines disciplinaires. Le bureau de l'Assemblée s'était déjà penché en 2015 sur le cas de Thierry Robert, ayant "un doute sur la compatibilité" de certaines de ses activités professionnelles au regard du Code électoral. Mais le Conseil constitutionnel, saisi, avait estimé que le député pouvait continuer d'exercer en parallèle ses fonctions dans plusieurs sociétés immobilières.

Un autre député sanctionné

François Ruffin, élu de la Somme a également été sanctionné. Il avait tourné depuis son bureau à l'Assemblée une vidéo de promotion du journal satirique local Fakir, dont il est resté rédacteur en chef, bénévole. Il n'est "pas salarié de Fakir", a souligné devant la presse Clémentine Autain, députée La France Insoumise, pour qui son cas n'a pas été "central" dans les discussions du bureau dont elle est membre.  

les + lus