Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Le Commonwealth s'inspire de la nature pour lutter contre le changement climatique

Drapeau commonwealth
© BEN STANSALL / AFP | Le drapeau du Commonwealth

Les pays du Commonwealth, dont certains sont directement menacés par la montée des eaux, sont réunis à Londres ce week-end afin de réfléchir à des solutions pratiques face au changement climatique, souvent inspirées de la nature elle-même.

La1ere.fr avec AFP Publié le

Rassemblés au siège de l'organisation, les 52 Etats ont convoqué des experts dans différents domaines, tels que le biomimétisme ou la séquestration du dioxyde de carbone.  Ici, pas de présentations fastidieuses, mais différents groupes de travail réfléchissant à des solutions pratiques. L'objectif : capturer le CO2 dans l'air pour le piéger ensuite dans le sol.

   
Les pays insulaires du Pacifique et des Caraïbes

Car si le Commonwealth regroupe de grandes puissances du G20 comme la Grande-Bretagne, le Canada, l'Inde ou l'Australie, l'organisation compte aussi dans ses rangs des petits pays insulaires pour lesquels le réchauffement climatique est une menace imminente. "Certaines de nos îles dans l'océan Pacifique et les Caraïbes seront les premières à être touchées, et risquent de disparaître, c'est pourquoi la question du changement climatique est fondamentale pour le Commonwealth", explique à l'AFP la secrétaire générale de l'organisation, Patricia Scotland.
   

Quelles solutions concrètes ?

Parmi les exemples évoqués dans les différents groupes de travail, du béton absorbant le CO2 ou des terres désolées fleurissant à nouveau grâce au stockage de CO2 dans le sol. Autre pistes avancées : la construction de bâtiments inspirés des termitières, capables d'autoréguler leur température intérieure, la fabrication de coques de navires sur le modèle de la peau de requin, réputée pour son hydrodynanisme, ou encore la construction de parcs éoliens s'inspirant des bancs de poissons.

"C'est fantastique, mais nous n'inventons rien. Tout cela existe depuis 3,8 milliards d'années", souligne Janine Benyus, experte en biomimétisme. "Nous parlons de la manière de capturer le CO2 -- pour inverser le problème de l'excès de CO2 dans l'air et de son insuffisance dans le sol".
 

"Cercles vertueux"

Le Commonwealth, qui regroupe un quart des pays du globe et pèse pour près d'un tiers de la population mondiale, possède un rôle clé dans la signature des grands accords sur le climat. L'organisation, qui a réuni ses membres pour un sommet de trois jours à Malte en novembre 2015, se targue d'ailleurs d'avoir ouvert la voie à l'accord de la COP21 adopté à Paris le mois d'après.
   
"C'est nous qui donnons le coup d'envoi de cette course" contre le réchauffement climatique, se vante Patricia Scotland. "Le Commonwealth veut être la plateforme par laquelle transitent les idées". Pour la COP22, prévue à Marrakech, c'est l'Ecosse qui aura la tâche de présenter les solutions issues de ce sommet à Londres.  Pour autant, certaines d'entre elles se heurteront à la barrière du coût. D'autres s'avèrent parfois inapplicables ou se révèlent contreproductives d'un point de vue environnemental.

"Des gens meurent des effets du réchauffement"   

"La vie crée les conditions favorables à la vie. Il s'agit de créer de nouveaux cercles vertueux plutôt que de nouveaux cercles vicieux. Et si nous faisons du bon boulot, alors nous trouvons des financements parce que la volonté est là", estime Daniel Wahl, spécialisé dans l'agriculture régénératrice.  Selon lui, "l'époque où les gens s'opposaient" sur la meilleure manière d'agir contre le réchauffement climatique est "révolue". "Aujourd'hui, ils travaillent main dans la main. Des gens meurent des effets du changement climatique. Pour eux, ce n'est plus une question de débat intellectuel".

Que pensez-vous de la nouvelle présentation des articles 1ère ?